Artwork

Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.
Player FM - Application Podcast
Mettez-vous hors ligne avec l'application Player FM !

France 24 ciblée pour laisser croire à une tentative d’assassinat d'Emmanuel Macron

4:16
 
Partager
 

Manage episode 401307755 series 2479113
Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.

Le président français Emmanuel Macron devait recevoir ce vendredi son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky. À Paris, les deux hommes devaient signer un accord bilatéral de sécurité. À l’origine, Emmanuel Macron devait se rendre à Kiev. Une visite annulée au dernier moment, ce qui n’a pas manqué d’alimenter la propagande pro-russe avec la diffusion d’une vidéo, censée provenir de la chaine France 24 évoquant une tentative d'attentat de la part de l'Ukraine contre le président français.

La vidéo apparait le 13 février 2024 sur des chaines Telegram pro-russe, mais quelques jours avant certains comptes affiliés à Moscou bruissaient déjà de spéculations sur l’annulation de cette visite. Ils cherchaient à accréditer l’idée selon laquelle Emmanuel Macron n’irait pas à Kiev car il était en désaccord avec le pouvoir ukrainien et qu'il pourrait être victime d’un assassinat. Certains sites de propagande comme News.ru annonçaient dès le 12 février : « Très probablement, dans un avenir proche, certaines des informations qui ont guidé Paris à renoncer -à la visite- seront rendues publiques, notamment dans les médias ou sur les réseaux sociaux français ».

Apparition d’un deep fake

De fait, les publications vont rapidement s’enchaîner. Le 13 février sur Telegram, puis le 14 sur X, anciennement Twitter, la cellule info-vérif de RFI prévient la direction de l'information de FMM : la vidéo d’un « faux journal » de France 24 circule. Sur la vidéo on y entend notre confrère Julien Fanciulli affirmer que : « Le président français, Emmanuel Macron, a été contraint d'annuler sa visite en Ukraine à la suite d'une provocation meurtrière à son encontre ». On nous explique ensuite que : « Selon une source proche du conseil national du renseignement, cette tentative a été stoppée par les services secrets français… »

Joint par RFI, notre confrère assure « qu’il n’a jamais prononcé ces mots ». Nous sommes effectivement confrontés à un deep fake : l’utilisation d’un outil d'intelligence artificielle permettant de truquer un discours, en faisant dire à quelqu’un des mots qu’il n’a jamais prononcé en réalité.

Un trucage relativement bien ficelé

Quelques indices, permettent de déceler la manipulation. Ceci étant, l’auteur de la vidéo, a pris soin de filmer un écran, comme s’il regardait la télévision, ce qui explique aussi que la qualité d’écoute n’est pas très bonne. En fait cela permet de masquer une voix un peu synthétique, et une intonation assez monotone comme le souligne les Observateurs de France 24. Le style ne colle pas avec l’écriture journalistique et si on y regarde plus près les lèvres ne suivent pas toujours les mots prononcés. Les « synthés », c’est-à-dire les incrustations de textes et les « bandeaux titres » ont été modifiés. Enfin une traduction en russe apparait au bas de l’écran.

Une vidéo amplifiée par la propagande russe

Après les signaux annonciateurs sur les réseaux et l’amorce de la tentative de désinformation avec la vidéo, vient le temps de l’exploitation à des fins de propagande. Dès le 14 février, les propos attribués au journaliste de France 24, sont repris sur VKontakt l’équivalent de Facebook en Russe, ou encore le compte Twitter attribué à Dmitri Medvedev qui les commente abondamment.

On retrouve la vidéo, sur le fameux site pravda.fr, un site bien connu puisqu’il a été épinglé en début de semaine par l’organisme interministériel français Viginum, (qui lutte contre les ingérences numériques étrangères). Viginum parle même d'écosystème Pravda : un réseau de sites, qui cible directement les pays occidentaux qui soutiennent l'Ukraine. Le 15 février, pravda.fr se livre à une explication de texte, en se basant sur la fausse information portée par le deep fake du journal de France 24.

On peut lire sur leur site « L’objectif de la destruction physique de Macron était d’entraîner la France dans le conflit en Ukraine : tout le monde aurait dû rejeter la faute sur la DRG russe ». La DRG : les unités clandestines russes, en charge des sabotages chez l’ennemi. Tout cela est faux, mais la vidéo truquée a quand même été partagée sur des chaînes Telegram pro-russe, a plus de 200 000 abonnés…

  continue reading

122 episodes

Artwork
iconPartager
 
Manage episode 401307755 series 2479113
Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.

Le président français Emmanuel Macron devait recevoir ce vendredi son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky. À Paris, les deux hommes devaient signer un accord bilatéral de sécurité. À l’origine, Emmanuel Macron devait se rendre à Kiev. Une visite annulée au dernier moment, ce qui n’a pas manqué d’alimenter la propagande pro-russe avec la diffusion d’une vidéo, censée provenir de la chaine France 24 évoquant une tentative d'attentat de la part de l'Ukraine contre le président français.

La vidéo apparait le 13 février 2024 sur des chaines Telegram pro-russe, mais quelques jours avant certains comptes affiliés à Moscou bruissaient déjà de spéculations sur l’annulation de cette visite. Ils cherchaient à accréditer l’idée selon laquelle Emmanuel Macron n’irait pas à Kiev car il était en désaccord avec le pouvoir ukrainien et qu'il pourrait être victime d’un assassinat. Certains sites de propagande comme News.ru annonçaient dès le 12 février : « Très probablement, dans un avenir proche, certaines des informations qui ont guidé Paris à renoncer -à la visite- seront rendues publiques, notamment dans les médias ou sur les réseaux sociaux français ».

Apparition d’un deep fake

De fait, les publications vont rapidement s’enchaîner. Le 13 février sur Telegram, puis le 14 sur X, anciennement Twitter, la cellule info-vérif de RFI prévient la direction de l'information de FMM : la vidéo d’un « faux journal » de France 24 circule. Sur la vidéo on y entend notre confrère Julien Fanciulli affirmer que : « Le président français, Emmanuel Macron, a été contraint d'annuler sa visite en Ukraine à la suite d'une provocation meurtrière à son encontre ». On nous explique ensuite que : « Selon une source proche du conseil national du renseignement, cette tentative a été stoppée par les services secrets français… »

Joint par RFI, notre confrère assure « qu’il n’a jamais prononcé ces mots ». Nous sommes effectivement confrontés à un deep fake : l’utilisation d’un outil d'intelligence artificielle permettant de truquer un discours, en faisant dire à quelqu’un des mots qu’il n’a jamais prononcé en réalité.

Un trucage relativement bien ficelé

Quelques indices, permettent de déceler la manipulation. Ceci étant, l’auteur de la vidéo, a pris soin de filmer un écran, comme s’il regardait la télévision, ce qui explique aussi que la qualité d’écoute n’est pas très bonne. En fait cela permet de masquer une voix un peu synthétique, et une intonation assez monotone comme le souligne les Observateurs de France 24. Le style ne colle pas avec l’écriture journalistique et si on y regarde plus près les lèvres ne suivent pas toujours les mots prononcés. Les « synthés », c’est-à-dire les incrustations de textes et les « bandeaux titres » ont été modifiés. Enfin une traduction en russe apparait au bas de l’écran.

Une vidéo amplifiée par la propagande russe

Après les signaux annonciateurs sur les réseaux et l’amorce de la tentative de désinformation avec la vidéo, vient le temps de l’exploitation à des fins de propagande. Dès le 14 février, les propos attribués au journaliste de France 24, sont repris sur VKontakt l’équivalent de Facebook en Russe, ou encore le compte Twitter attribué à Dmitri Medvedev qui les commente abondamment.

On retrouve la vidéo, sur le fameux site pravda.fr, un site bien connu puisqu’il a été épinglé en début de semaine par l’organisme interministériel français Viginum, (qui lutte contre les ingérences numériques étrangères). Viginum parle même d'écosystème Pravda : un réseau de sites, qui cible directement les pays occidentaux qui soutiennent l'Ukraine. Le 15 février, pravda.fr se livre à une explication de texte, en se basant sur la fausse information portée par le deep fake du journal de France 24.

On peut lire sur leur site « L’objectif de la destruction physique de Macron était d’entraîner la France dans le conflit en Ukraine : tout le monde aurait dû rejeter la faute sur la DRG russe ». La DRG : les unités clandestines russes, en charge des sabotages chez l’ennemi. Tout cela est faux, mais la vidéo truquée a quand même été partagée sur des chaînes Telegram pro-russe, a plus de 200 000 abonnés…

  continue reading

122 episodes

Tous les épisodes

×
 
Loading …

Bienvenue sur Lecteur FM!

Lecteur FM recherche sur Internet des podcasts de haute qualité que vous pourrez apprécier dès maintenant. C'est la meilleure application de podcast et fonctionne sur Android, iPhone et le Web. Inscrivez-vous pour synchroniser les abonnements sur tous les appareils.

 

Guide de référence rapide