Artwork

Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.
Player FM - Application Podcast
Mettez-vous hors ligne avec l'application Player FM !

L'humour, pierre angulaire de la liberté d'expression

2:42
 
Partager
 

Manage episode 417617355 series 3353147
Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.

Les syndicats de Radio France appellent à la grève dimanche 12 mai pour « la défense de la liberté d'expression », suite à la suspension de l'humoriste Guillaume Meurice de l'antenne de France Inter.

C'est un appel à la grève de l'intersyndicale de Radio France qui vise à défendre Le Grand Dimanche, l'émission de Charline Vanhoenacker sur France Inter où officiait Guillaume Meurice jusque fin avril, mais aussi pour mettre en garde contre « un virage éditorial » qui prévoit des économies et la suppression, à la rentrée, de l'émission environnementale La Terre au carré.

Concernant Guillaume Meurice, qui avait comparé en novembre Benyamin Netanyahu à « une sorte de nazi, mais sans prépuce » (sic), c'est la réitération de ses propos, à la suite d'un classement sans suite d'une plainte à son encontre, en avril, qui a provoqué sa mise à pied dans l'attente d'un éventuel licenciement. Ce que n'avait sans doute pas prévu la présidence de Radio France, c'est que tout le groupe se mobiliserait pour « la fin de la répression de l'insolence et de l'humour ».

Quand Rachida Dati défend la direction de Radio France

La ministre de la Culture, Rachida Dati, a apporté son soutien mardi à la présidence de Radio France. Un soutien éminemment politique, car la ministre a dû réaffirmer son appui à la liberté d'expression tout soutenant la direction de France Inter face à Guillaume Meurice.

Pour cela, Rachida Dati a tenté de jouer les bons juristes en disant que certes, l'humoriste bénéficiait d'une plainte classée sans suite, mais que l'Arcom, en novembre, avait mis en garde Radio France qui ne pouvait pas, en conséquence, ne pas réagir. Le risque, c'est vrai, aurait été que le groupe public soit ensuite mis en demeure de respecter son cahier des charges.

Un humoriste n'est pas un journaliste

Ainsi, c'est la vision du gouvernement qui s'est imposée à Radio France. La position de l'Arcom, qui est aussi celle du pouvoir par rapport à la guerre à Gaza, est de favoriser la cohésion de la société française, en particulier du fait de « la recrudescence d'actes antisémites ». Cela peut s'entendre.

Mais, outre le fait que la sanction n'est pas le meilleur moyen d'éteindre une polémique, il est une chose qui a été complètement sous-estimée au sommet, à savoir qu'un humoriste n'est pas un journaliste. Il ne lui est pas demandé d'être équilibré ou même intellectuellement honnête, mais de grossir le trait et de purger par le rire les abcès de notre époque.

Alors, on peut trouver que Guillaume Meurice a fait une mauvaise blague, pas drôle, mais de là à dire qu'elle est antisémite, comme le fait Alain Finkielkraut, c'est grave, car cela vise à faire taire le droit à la caricature comme il existe dans la presse. Et oui, la justice l'a rappelé, on a le droit de dire, à la façon d'un humoriste, que la judéité de Benyamin Netanyahu ne le prémunit pas d'actes barbares.

  continue reading

85 episodes

Artwork
iconPartager
 
Manage episode 417617355 series 3353147
Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.

Les syndicats de Radio France appellent à la grève dimanche 12 mai pour « la défense de la liberté d'expression », suite à la suspension de l'humoriste Guillaume Meurice de l'antenne de France Inter.

C'est un appel à la grève de l'intersyndicale de Radio France qui vise à défendre Le Grand Dimanche, l'émission de Charline Vanhoenacker sur France Inter où officiait Guillaume Meurice jusque fin avril, mais aussi pour mettre en garde contre « un virage éditorial » qui prévoit des économies et la suppression, à la rentrée, de l'émission environnementale La Terre au carré.

Concernant Guillaume Meurice, qui avait comparé en novembre Benyamin Netanyahu à « une sorte de nazi, mais sans prépuce » (sic), c'est la réitération de ses propos, à la suite d'un classement sans suite d'une plainte à son encontre, en avril, qui a provoqué sa mise à pied dans l'attente d'un éventuel licenciement. Ce que n'avait sans doute pas prévu la présidence de Radio France, c'est que tout le groupe se mobiliserait pour « la fin de la répression de l'insolence et de l'humour ».

Quand Rachida Dati défend la direction de Radio France

La ministre de la Culture, Rachida Dati, a apporté son soutien mardi à la présidence de Radio France. Un soutien éminemment politique, car la ministre a dû réaffirmer son appui à la liberté d'expression tout soutenant la direction de France Inter face à Guillaume Meurice.

Pour cela, Rachida Dati a tenté de jouer les bons juristes en disant que certes, l'humoriste bénéficiait d'une plainte classée sans suite, mais que l'Arcom, en novembre, avait mis en garde Radio France qui ne pouvait pas, en conséquence, ne pas réagir. Le risque, c'est vrai, aurait été que le groupe public soit ensuite mis en demeure de respecter son cahier des charges.

Un humoriste n'est pas un journaliste

Ainsi, c'est la vision du gouvernement qui s'est imposée à Radio France. La position de l'Arcom, qui est aussi celle du pouvoir par rapport à la guerre à Gaza, est de favoriser la cohésion de la société française, en particulier du fait de « la recrudescence d'actes antisémites ». Cela peut s'entendre.

Mais, outre le fait que la sanction n'est pas le meilleur moyen d'éteindre une polémique, il est une chose qui a été complètement sous-estimée au sommet, à savoir qu'un humoriste n'est pas un journaliste. Il ne lui est pas demandé d'être équilibré ou même intellectuellement honnête, mais de grossir le trait et de purger par le rire les abcès de notre époque.

Alors, on peut trouver que Guillaume Meurice a fait une mauvaise blague, pas drôle, mais de là à dire qu'elle est antisémite, comme le fait Alain Finkielkraut, c'est grave, car cela vise à faire taire le droit à la caricature comme il existe dans la presse. Et oui, la justice l'a rappelé, on a le droit de dire, à la façon d'un humoriste, que la judéité de Benyamin Netanyahu ne le prémunit pas d'actes barbares.

  continue reading

85 episodes

Tous les épisodes

×
 
Loading …

Bienvenue sur Lecteur FM!

Lecteur FM recherche sur Internet des podcasts de haute qualité que vous pourrez apprécier dès maintenant. C'est la meilleure application de podcast et fonctionne sur Android, iPhone et le Web. Inscrivez-vous pour synchroniser les abonnements sur tous les appareils.

 

Guide de référence rapide