Artwork

Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.
Player FM - Application Podcast
Mettez-vous hors ligne avec l'application Player FM !

Italie: les journalistes de la RAI vent debout contre la censure

2:52
 
Partager
 

Manage episode 414847337 series 3353147
Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.

Un appel à la grève a été lancé par les syndicats de journalistes à la RAI, la radiotélévision publique italienne, pour protester contre des ingérences politiques toujours plus nombreuses.

La grève sera observée du 6 au 7 mai, à la suite d'un appel téléphonique du Premier ministre albanais Edi Rama. Il s'agit d'un proche de Giorgia Meloni, qui a passé avec elle un accord migratoire controversé, qui a appelé un rédacteur en chef de la RAI pour se plaindre d'un reportage. Le syndicat des journalistes Usigrai a appelé à la grève, faute d'avoir été rassuré par la direction à propos de cette intervention et des ingérences politiques sur l'antenne.

Ce qui n'est guère étonnant, toute la direction ayant été reprise en mains par le pouvoir. Giampaolo Rossi, un proche de Giorgia Meloni, a été nommé directeur général de la RAI il y a un an. Même s'il y a une grande tradition de dépendance des patrons de la télé publique au gouvernement, les syndicats de journalistes dénoncent un contrôle toujours plus asphyxiant et le zèle de ses dirigeants.

À lire aussiGiorgia Meloni met la main sur la Rai, l'audiovisuel public italien

La censure d'un texte d'Antonio Scurati dénoncée

Tout est arrivé samedi dernier. Antonio Scurati, qui a reçu le prix Strega, l'équivalent du Goncourt pour une trilogie sur Mussolini, est invité pour intervenir sur la chaîne publique Rai 3. En vue de l'anniversaire de la libération de l'Italie, le 25 avril 1945, il a prévu de lire un texte dans lequel il ferait le lien fondamental entre le fascisme historique et le populisme autoritaire du parti de Giorgia Meloni. Seulement, sur le chemin du studio, il reçoit un message annulant son intervention.

Alors, Giorgia Meloni a affirmé qu'elle n'y était pour rien, que c'était une pure décision éditoriale, elle a même publié le texte de Scrurati sur sa page Facebook et laissé entendre que c'est la somme demandée par l'écrivain – 1800 euros – qui serait à l'origine du problème. Reste qu'il y a bien eu censure. Dans le texte lu à l'antenne par la présentatrice de l'émission, Serena Bortone, l'écrivain accusait Meloni ne jamais avoir répudié l'expérience fasciste.

À écouter aussiAntonio Scurati, ascenseur pour les fachos

La liberté d'expression menacée ?

Honnêtement, non. C'est le 41e pays sur 180 dans le classement de Reporters sans frontières et il y a une large diversité d'opinions dans les médias. Mais il y a quand même des signes inquiétants, comme ce qu'on appelle la loi « Bâillon » qui vise à interdire toute reproduction d'une ordonnance de garde à vue. Une façon de se protéger d'enquêtes journalistiques. Ensuite, à la RAI, une série de Roberto Saviano sur la criminalité a été passée à la trappe. On peut dire que la loi européenne sur la liberté des médias, qui protège les rédactions des interférences politiques, sera bien accueillie à la RAI.

À lire aussiItalie: les journalistes de l'agence Agi mobilisés pour défendre la liberté de presse

  continue reading

85 episodes

Artwork
iconPartager
 
Manage episode 414847337 series 3353147
Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.

Un appel à la grève a été lancé par les syndicats de journalistes à la RAI, la radiotélévision publique italienne, pour protester contre des ingérences politiques toujours plus nombreuses.

La grève sera observée du 6 au 7 mai, à la suite d'un appel téléphonique du Premier ministre albanais Edi Rama. Il s'agit d'un proche de Giorgia Meloni, qui a passé avec elle un accord migratoire controversé, qui a appelé un rédacteur en chef de la RAI pour se plaindre d'un reportage. Le syndicat des journalistes Usigrai a appelé à la grève, faute d'avoir été rassuré par la direction à propos de cette intervention et des ingérences politiques sur l'antenne.

Ce qui n'est guère étonnant, toute la direction ayant été reprise en mains par le pouvoir. Giampaolo Rossi, un proche de Giorgia Meloni, a été nommé directeur général de la RAI il y a un an. Même s'il y a une grande tradition de dépendance des patrons de la télé publique au gouvernement, les syndicats de journalistes dénoncent un contrôle toujours plus asphyxiant et le zèle de ses dirigeants.

À lire aussiGiorgia Meloni met la main sur la Rai, l'audiovisuel public italien

La censure d'un texte d'Antonio Scurati dénoncée

Tout est arrivé samedi dernier. Antonio Scurati, qui a reçu le prix Strega, l'équivalent du Goncourt pour une trilogie sur Mussolini, est invité pour intervenir sur la chaîne publique Rai 3. En vue de l'anniversaire de la libération de l'Italie, le 25 avril 1945, il a prévu de lire un texte dans lequel il ferait le lien fondamental entre le fascisme historique et le populisme autoritaire du parti de Giorgia Meloni. Seulement, sur le chemin du studio, il reçoit un message annulant son intervention.

Alors, Giorgia Meloni a affirmé qu'elle n'y était pour rien, que c'était une pure décision éditoriale, elle a même publié le texte de Scrurati sur sa page Facebook et laissé entendre que c'est la somme demandée par l'écrivain – 1800 euros – qui serait à l'origine du problème. Reste qu'il y a bien eu censure. Dans le texte lu à l'antenne par la présentatrice de l'émission, Serena Bortone, l'écrivain accusait Meloni ne jamais avoir répudié l'expérience fasciste.

À écouter aussiAntonio Scurati, ascenseur pour les fachos

La liberté d'expression menacée ?

Honnêtement, non. C'est le 41e pays sur 180 dans le classement de Reporters sans frontières et il y a une large diversité d'opinions dans les médias. Mais il y a quand même des signes inquiétants, comme ce qu'on appelle la loi « Bâillon » qui vise à interdire toute reproduction d'une ordonnance de garde à vue. Une façon de se protéger d'enquêtes journalistiques. Ensuite, à la RAI, une série de Roberto Saviano sur la criminalité a été passée à la trappe. On peut dire que la loi européenne sur la liberté des médias, qui protège les rédactions des interférences politiques, sera bien accueillie à la RAI.

À lire aussiItalie: les journalistes de l'agence Agi mobilisés pour défendre la liberté de presse

  continue reading

85 episodes

Tous les épisodes

×
 
Loading …

Bienvenue sur Lecteur FM!

Lecteur FM recherche sur Internet des podcasts de haute qualité que vous pourrez apprécier dès maintenant. C'est la meilleure application de podcast et fonctionne sur Android, iPhone et le Web. Inscrivez-vous pour synchroniser les abonnements sur tous les appareils.

 

Guide de référence rapide