Ni Adorno, ni Guetta. La techno de Detroit, une musique post-fordiste

1:04:37
 
Partager
 

Manage episode 290661247 series 1459505
Par Armand Paris, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
Une émission en musique autour de la techno des origines, au-delà d'une simple critique de « l'industrie culturelle » ou d'une apologie de la techno mainstream style David Guetta – avec des membres du collectif stoff, auteur sur ce sujet de « La théorie du boom : sur la techno de Detroit et la crise du fordisme » (stoff n°1, 2020). L'émission (1 heure) comporte, outre plusieurs extraits musicaux : Une contestation de l'application des théories d'Adorno sur "l'industrie culturelle" aux musiques populaires post-fordistes (comme la techno de Detroit) ; Une critique d'une vision des musiques contemporaines comme simplement "fonctionnelles" (comme outil de pacification et de compensation individuelle) au capitalisme et à sa reproduction, comme simple "reflet" de sa logique interne, ou comme appareil idéologique ; Un rappel du caractère contre-culturel et contestataire de la techno de Detroit, notamment vis-à-vis de la soul (ancêtre du RnB), en lien avec la crise du fordisme et de son imaginaire intégrateur ; Une analyse musicologique du lien complexe entre bruits de l'usine (ou des révoltes ouvrières) et techno de Detroit ; Une analyse de la techno de Detroit comme déconstruction sonore du grand récit intégrateur du fordisme ... et du capitalisme néolibéral ; Une déconstruction de l'analyse des raves (ou des clubs de jazz chez Adorno) comme lieu de reproduction de l'atomisation capitaliste et de soumission à ses machines ; Une analyse de l'écoute de la techno dans sa dimension ambivalente (à la fois compensatoire et subversive) ; Une histoire de la techno de Detroit comme réappropriation des moyens de production musicaux sur une base autonome et parfois politique ; Une analyse du rapport entre la techno de Detroit et des imaginaires futuristes, notamment technologiques, utopiques et/ou antiracistes ; Un appel à ne pas se contenter d'une approche anti-industrielle ou adornienne aux musiques contemporaines.

197 episodes