PODCAST CINEMA | Critique du film GOOD WILL HUNTING | CinéMaRadio

12:49
 
Partager
 

Manage episode 208233928 series 2280990
Par FLOMOUN, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
PODCAST CINEMA | Critique du film GOOD WILL HUNTING | CinéMaRadio.Voici le balado audio cinéma, l'émission radio consacrée au cinéma de Yann Ritter avec aujourd'hui le film GOOD WILL HUNTING, grand classique s'il en est! Pour écouter ce podcast ciné facile: c'est ici.Aujourd’hui donc Good Will Hunting de Gus Van Sant qui révéla Matt Damon et Ben Affleck au grand public (en tant qu’acteur mais aussi comme scénariste) et est le premier vrai succès populaire de Gus Van Sant. Une fable sur la vie, et l’injustice mais aussi une éloge à l’éducation inversée se heurtant au système traditionnel.Will Hunting est un jeune orphelin d’un vingtaine d’années vivant de petit boulots et passant le plus clair de son temps avec ses amis dans les bars, à jouer au baseball ou…. à se battre. Mais Will à une particularité il a un savoir immense dû a toutes ses lectures pour oublier sa vie. Il travaille comme technicien de surface au M.I.T, et se fait remarquer par le professeur de math Gerald Lambeau en résolvant anonymement deux équations d’une grande difficulté. Après une énième bagarre il est condamné à la prison, mais Lambeau obtient sa libération. A certaines conditions…Hunting épuise tous les amis psychologues de Lambeau, mais il décide de faire appel à son camarade de chambre à la fac. Sean McGuire, un psychologue veuf, qui ne se remet pas de la mort de sa femme et qui semble être un adversaire à la taille de Will. Après une première séance plutôt musclée il décide tout de même de continuer à le voir. Will découvrira l’amour et prendra conscience de qui il est. Et petit à petit, il se tracera un chemin dans la vie.Et toute cette histoire est accompagnée par la jolie bande originale composée par Danny Elfman.MATT DAMON AU TOP DE SA FORMEMatt Damon joue avec une justesse surprenante, vu son jeune age, il sait être touchant et marquant durant tout le film. Il crée un personnage complexe et rebelle qui peine à avancer et à trouver son chemin dans ce monde qu’il ne veut pas intégrer.ROBIN WILLIAMS MAGISTRALRobin Williams, bon que dire, même en n’ayant pas le rôle principal il reste extraordinaire. Sean McGuire est un être torturé et pas si supérieur à Will qu’on pourrait le penser. La relation Will/Sean est forte, brutale, touchante et inattendue. Peut-être pas si loin de la relation entre les deux acteurs.ET EN BONUS BEN AFFLECKBen Affleck , notre Batman de service et accessoirement meilleur ami de Matt Damon dans la vie, bien que n’ayant pas un grand rôle dans le film, tire tout de même son épingle du jeu. Mention spéciale à la scène du négociateur en chef ou de son monologue face à Will.Le film par sa mise en scène sobre, nous raconte une histoire qui joue sur toute la palette des émotions autant pour les acteurs que pour le spectateur. Un scénario fort, écrit par ses interprètes donnant ainsi un point de vue tout particulier à cette histoire.A LA RÉALISATION, GUS VAN SANTGood Will Hunting est le film le plus conventionnel de Gus van Sant, sentant pour ainsi dire la commande à plein nez vu le pédigree du personnage. Un casting hollywoodien, un argument classique tout pour faire de Will Hunting un film à oscars.Mais ça n’empêche pas le cinéaste d’avoir une mise en scène généreuse montrant toute les émotions de ses personnages. Il arrive à dépeindre avec brio la naissance des sentiments entre eux à l’image de la relation entre Sean et Will se tissant au gré des séances et de l’apprentissage de ce dernier. Mais aussi l’amour, avec le personnage de Skylar plus profonde que l’image de bourgeoise que Will se fait vite d’elle.La nuance de tout ça sera ma conclusion, le film au détour de quelques plans, de par le jeu de Damon ou de Williams nous démontre qu’avant d’être une histoire ou une œuvre c’est avant tout un film humain, loin de la définition du cinéma vue par les américains et c’est peut-être là que réside tout le génie du métrage.

18 episodes