Artwork

Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.
Player FM - Application Podcast
Mettez-vous hors ligne avec l'application Player FM !

Turquie: les étudiants étrangers cibles d'une forte campagne de dénigrement sur les réseaux

2:59
 
Partager
 

Manage episode 418052804 series 97179
Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.

En Turquie, les étudiants étrangers – en particulier africains – ont été ces dernières semaines la cible d'une campagne de dénigrement, et même de haine, sur les réseaux sociaux. Des rumeurs et fausses informations ont été diffusées, empirant un climat xénophobe qui s’est illustré par le meurtre de Dina, une Gabonaise de 17 ans à Karabük. Mais le gouvernement tente de rassurer à la fois le public turc et les étudiants, qui représentent une importante manne financière.

De notre correspondante à Istanbul,

La campagne de dénigrement a commencé fin mars avec des messages d'étudiants – ou d'étudiants supposés – de l'université de Karabük. Cette ville, une province tranquille du nord de la Turquie, fait les gros titres de l'actualité depuis le meurtre de Dina, une étudiante gabonaise de 17 ans, en mars 2023. Ce fait divers tragique, pour lequel un procès est en cours, a mis en lumière le grand nombre d'étudiants étrangers à l'université de Karabük : près de 12 000 sur un total de 47 000. Avec, parmi eux, environ 5 000 étudiants africains.

Un an après le meurtre, sur les réseaux sociaux donc, des messages partagés plusieurs milliers de fois ont prétendu que des étudiants turcs de l'université avaient été contaminés par des infections sexuellement transmissibles (IST), telles que le VIH, après avoir eu des relations avec des étudiantes africaines.

Il ne s’agit toutefois que d’une rumeur : les autorités sanitaires locales ont démenti une quelconque hausse du nombre de contaminations dans la province. Mais entre-temps, les messages de haine se sont propagés, associant les étudiants étrangers non seulement aux maladies, mais aussi à la prostitution ou encore à la drogue. Et avec ces messages, des appels à renvoyer les étudiants dans leur pays, ou à annuler leur Bourse d'études.

« Sommes astronomiques » demandées aux étudiants

L'université de Bolu, dans le nord-ouest de l'Anatolie, s'est retrouvée elle aussi sur le devant de la scène. Mais cette fois, à cause du maire de la ville, Tanju Özcan, un élu d'opposition radicalement anti-réfugiés et anti-étrangers. Fin avril, il a promis de faire payer des « sommes astronomiques » aux étudiants étrangers pour les dissuader de venir.

Pour autant, ce climat de xénophobie n'est pas nouveau : le rejet des étrangers – qu'ils soient étudiants, réfugiés ou même touristes – s'exprime sans retenue sur les réseaux, au sein d'une partie de la société et de la classe politique. Surtout depuis que la Turquie est devenue le premier pays d'accueil de réfugiés au monde à cause de la guerre en Syrie voisine.

Demandes de rapport médical

La Turquie a réagi à cette campagne xénophobe dans un premier temps, en plaçant en garde-à-vue des individus identifiés comme étant à l'origine de cette campagne. Au total, huit personnes : une goutte d'eau au vu du nombre de messages qui devraient normalement tomber sous le coup de la loi turque. L'université de Karabük, pour sa part, s'est défendue en affirmant imposer depuis plusieurs mois à tous ses étudiants étrangers la présentation d'un rapport médical.

Mais comme les rumeurs et les messages xénophobes ne se sont pas calmés, le Conseil de l'enseignement supérieur s'est rapproché du ministère de la Justice et de celui de l'Intérieur pour leur demander de prendre des mesures dissuasives. C'est en tout cas ce qu'a affirmé ces derniers jours la presse pro-gouvernementale.

Les étudiants étrangers, une importante manne financière

Pour les autorités turques, l'enjeu est en effet important : il s'agit de ne pas faire fuir les étudiants étrangers, d'autant que la Turquie a déployé beaucoup d'efforts et de moyens ces 20 dernières années pour attirer ces étudiants étrangers.

Ils sont plus de 300 000 aujourd'hui dans les universités du pays (contre 18 000 seulement en l'an 2000), dépensant chacun environ 10 000 dollars par an. Cela fait donc 3 milliards de dollars par an de revenus pour la Turquie, auxquels s'ajoutent tous les avantages non matériels – en termes d'image, de diplomatie, d'influence dans le monde... – que représentent ces étudiants pour un pays tel que la Turquie, qui cherche à développer toujours plus son soft power, particulièrement sur le continent africain.

  continue reading

301 episodes

Artwork
iconPartager
 
Manage episode 418052804 series 97179
Contenu fourni par France Médias Monde. Tout le contenu du podcast, y compris les épisodes, les graphiques et les descriptions de podcast, est téléchargé et fourni directement par France Médias Monde ou son partenaire de plateforme de podcast. Si vous pensez que quelqu'un utilise votre œuvre protégée sans votre autorisation, vous pouvez suivre le processus décrit ici https://fr.player.fm/legal.

En Turquie, les étudiants étrangers – en particulier africains – ont été ces dernières semaines la cible d'une campagne de dénigrement, et même de haine, sur les réseaux sociaux. Des rumeurs et fausses informations ont été diffusées, empirant un climat xénophobe qui s’est illustré par le meurtre de Dina, une Gabonaise de 17 ans à Karabük. Mais le gouvernement tente de rassurer à la fois le public turc et les étudiants, qui représentent une importante manne financière.

De notre correspondante à Istanbul,

La campagne de dénigrement a commencé fin mars avec des messages d'étudiants – ou d'étudiants supposés – de l'université de Karabük. Cette ville, une province tranquille du nord de la Turquie, fait les gros titres de l'actualité depuis le meurtre de Dina, une étudiante gabonaise de 17 ans, en mars 2023. Ce fait divers tragique, pour lequel un procès est en cours, a mis en lumière le grand nombre d'étudiants étrangers à l'université de Karabük : près de 12 000 sur un total de 47 000. Avec, parmi eux, environ 5 000 étudiants africains.

Un an après le meurtre, sur les réseaux sociaux donc, des messages partagés plusieurs milliers de fois ont prétendu que des étudiants turcs de l'université avaient été contaminés par des infections sexuellement transmissibles (IST), telles que le VIH, après avoir eu des relations avec des étudiantes africaines.

Il ne s’agit toutefois que d’une rumeur : les autorités sanitaires locales ont démenti une quelconque hausse du nombre de contaminations dans la province. Mais entre-temps, les messages de haine se sont propagés, associant les étudiants étrangers non seulement aux maladies, mais aussi à la prostitution ou encore à la drogue. Et avec ces messages, des appels à renvoyer les étudiants dans leur pays, ou à annuler leur Bourse d'études.

« Sommes astronomiques » demandées aux étudiants

L'université de Bolu, dans le nord-ouest de l'Anatolie, s'est retrouvée elle aussi sur le devant de la scène. Mais cette fois, à cause du maire de la ville, Tanju Özcan, un élu d'opposition radicalement anti-réfugiés et anti-étrangers. Fin avril, il a promis de faire payer des « sommes astronomiques » aux étudiants étrangers pour les dissuader de venir.

Pour autant, ce climat de xénophobie n'est pas nouveau : le rejet des étrangers – qu'ils soient étudiants, réfugiés ou même touristes – s'exprime sans retenue sur les réseaux, au sein d'une partie de la société et de la classe politique. Surtout depuis que la Turquie est devenue le premier pays d'accueil de réfugiés au monde à cause de la guerre en Syrie voisine.

Demandes de rapport médical

La Turquie a réagi à cette campagne xénophobe dans un premier temps, en plaçant en garde-à-vue des individus identifiés comme étant à l'origine de cette campagne. Au total, huit personnes : une goutte d'eau au vu du nombre de messages qui devraient normalement tomber sous le coup de la loi turque. L'université de Karabük, pour sa part, s'est défendue en affirmant imposer depuis plusieurs mois à tous ses étudiants étrangers la présentation d'un rapport médical.

Mais comme les rumeurs et les messages xénophobes ne se sont pas calmés, le Conseil de l'enseignement supérieur s'est rapproché du ministère de la Justice et de celui de l'Intérieur pour leur demander de prendre des mesures dissuasives. C'est en tout cas ce qu'a affirmé ces derniers jours la presse pro-gouvernementale.

Les étudiants étrangers, une importante manne financière

Pour les autorités turques, l'enjeu est en effet important : il s'agit de ne pas faire fuir les étudiants étrangers, d'autant que la Turquie a déployé beaucoup d'efforts et de moyens ces 20 dernières années pour attirer ces étudiants étrangers.

Ils sont plus de 300 000 aujourd'hui dans les universités du pays (contre 18 000 seulement en l'an 2000), dépensant chacun environ 10 000 dollars par an. Cela fait donc 3 milliards de dollars par an de revenus pour la Turquie, auxquels s'ajoutent tous les avantages non matériels – en termes d'image, de diplomatie, d'influence dans le monde... – que représentent ces étudiants pour un pays tel que la Turquie, qui cherche à développer toujours plus son soft power, particulièrement sur le continent africain.

  continue reading

301 episodes

Tous les épisodes

×
 
Loading …

Bienvenue sur Lecteur FM!

Lecteur FM recherche sur Internet des podcasts de haute qualité que vous pourrez apprécier dès maintenant. C'est la meilleure application de podcast et fonctionne sur Android, iPhone et le Web. Inscrivez-vous pour synchroniser les abonnements sur tous les appareils.

 

Guide de référence rapide