Tous les cinémas du monde - Le Père de Nafi, le Roméo et Juliette africain signé Mamadou Dia

48:30
 
Partager
 

Manage episode 302589580 series 1135348
Par France Médias Monde, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
Changement de dernière minute. Nous rediffusons l'émission consacrée au film de Mamadou Dia «Le père de Nafi».C’est un premier long métrage, déjà couvert d’éloges et de prix. Il a notamment décroché le Léopard d’or de la section Cinéastes du présent au festival de Locarno en 2019 et le Prix Découverte à Namur. (Rediffusion du 5 juin 2021). Son auteur, le Sénégalais Mamadou Dia l’a intitulé Le père de Nafi, mais il aurait pu choisir comme titre «Nafi et Tokara», car c’est une sorte de Roméo et Juliette africain. Au Sénégal, une belle jeune fille Nafi tombe amoureuse de son cousin. Mais Tierno, le père de Nafi s’oppose fermement au mariage. Car le jeune homme, Tokara n’est autre que le fils de son frère, zélateur d’un islam intégriste financé par des djihadistes venus de Mauritanie. L’amour pris en otage par l’affrontement entre deux hommes, deux frères, voilà le cœur du film. D’un côté, le père de Nafi qui est depuis toujours l’imam du village, imam modéré, plein de sagesse et de modération. Et face à lui son frère Ousmane, revenu de Dakar pour prendre le pouvoir avec le soutien, l’argent et les armes des djihadistes. Entretien avec Mamadou Dia qui a filmé dans son village natal de Matam cette tragédie ayant valeur d’avertissement. À l’affiche également de notre cinéma cette semaine, l’annonce de la sélection du 74ème festival de Cannes (du 6 au 17 juillet 2021). Glamour, paillettes, les plus grands noms du cinéma d’auteurs, des blockbusters aussi et des découvertes : on ne change pas la recette du plus grand festival de cinéma au monde. Même si cette année, s’y rajoutent du gel hydroalcoolique, des masques et des gestes barrières. La 74ème édition du festival de Cannes est d'ores et déjà collector. C'est ce qu'a répété à plusieurs reprises le délégué général Thierry Frémaux. Et il a concocté une très belle sélection de Cannes 2021 : 61 longs métrages figurent en sélection, dont 24 seront en lice pour décrocher la Palme d’or. Certains réalisateurs déjà titulaires d'une Palme d'or reviennent sur la Croisette comme l'Italien Nanni Moretti ou le Thaïlandais Apichatpong Werasethakul... À leurs côtés, le Tchadien Mahamat Saleh Haroun, le Marocain Nabil Ayouch ou le Russe Kirill Serebrennikov. On a hâte aussi de découvrir le nouveau film de l’Israélien Nadav Lapid, ou du Français Jacques Audiard. Sans parler des autres sections de l’officielle : Un certain regard, recentré sur les jeunes créateurs, promet ainsi le premier long métrage d’une réalisatrice haïtienne Gessica Généus… Thierry Frémaux crée une section consacrée aux maîtres confirmés : Cannes première, dans laquelle on découvrira le nouveau Arnaud Desplechin. Et cela, sans compter celle de nos sections partenaires, la Semaine de la critique et de la Quinzaine des réalisateurs et de l’Acid, qui seront dévoilées en début de semaine prochaine. Pauses musicales : Fleuve Sénégal par Baaba Maal, Don't forget your neighborhood par Cola Boyy, et So may we start des Sparks (tiré de la BO du film d’ouverture de Cannes, Annette de Leos Carax).

382 episodes