#61 - Franck Annese : C'est surtout qu'on travaille beaucoup

54:10
 
Partager
 

Manage episode 201834825 series 2129683
Par Nouvelle École and Antonin Archer, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Rejoins la communauté Patreon.

Le journal Ebdo s'est arrêté, deux mois après son lancement. Je m'étais abonné pour soutenir un ami, mais je n'ai jamais réussi à le lire. J'ai feuilleté le numéro 0, les autres se sont entassés dans la boite aux lettres ; j'avais l'impression d'un truc un peu pour tout le monde, un peu pour personne ; et je n'en ai parlé à personne.

Quand je suis arrivé dans les locaux de SoPress, il y avait une pile de magazines : SoFoot, Society, SoFilm... J'ai pris le premier SoFoot de la pile en attendant Franck Annese, et je me suis souvenu de ce qui m'avait fait aimer ce magazine quelques années plus tôt.

SoFoot était différent : ils traitaient le football comme un sujet de société en plus du pur divertissement. Je n'avais plus l'impression désagréable de perdre mon temps en m'intéressant au foot ; j'apprenais, je me marrais, j'avais l'impression d'être avec des potes et que ceux qui l'avaient créé savaient exactement ce qu'ils voulaient faire. Par chance, j'étais dans la cible. Je pouvais lire ce magazine de bout en bout et, évidemment, j'en parlais à tous mes potes.

Je ne lis plus de magazines depuis longtemps mais pour préparer l'interview, j'ai trouvé plusieurs numéros de Society ; j'y ai retrouvé l'esprit qui m'avait fait aimer SoFoot. Après la lecture, j'ai eu envie d'en parler avec des gens alors je l'ai laissé trainer sur la table de la cuisine, et on en a parlé.

Je voulais demander à Franck Annese comment SoPress fait pour créer des magazines papier qui marchent et dont les gens parlent.

Pour le lancement de Society, ils n'ont pas fait d'étude de marché, pas de numéro 0. Ils ont fait ce qu'ils avaient envie de faire, au moment où ils pouvaient le faire. Un état d'esprit qui rappelle celui de nombreux invités de Nouvelle École.

Est-ce que ça suffit pour réussir ? Il a enchaîné : "C'est surtout qu'on travaille beaucoup."


Se retrouver dans l'épisode :

  • 01:00 Faire ce qu'on a envie de faire, quand on peut encore le faire
  • 07:30 Comment garder son insouciance quand le succès est au rendez-vous ?
  • 13:00 "C'est surtout qu'on travaille beaucoup" : l'importance d'être exigeant.
  • 28:00 "Trop de chefs, pas assez d'indiens" : comment montrer l'exemple.
  • 38:00 "Je prends un bain tous les jours" : comment il s'auto-évalue.
  • 46:00 Les questions de la fin.

Références de l'épisode :

Pour aller plus loin :

Merci infiniment d'avoir écouté ! Si vous avez aimé cet épisode, vous pouvez vous abonner à Nouvelle École et laisser une note (5 étoiles si possible ) et un avis sur votre plateforme préférée :

Si vous voulez recevoir 3 recommandations de lecture, applications, films ou autres de ma part, chaque vendredi, inscrivez-vous à ma newsletter privée.


Suivez-moi sur les réseaux sociaux :

Faites un tour sur le site de Nouvelle École.



Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

91 episodes