Revue de presse Afrique - À la Une: la présidentielle en Guinée, Cellou Dalein Diallo crie victoire

4:18
 
Partager
 

Manage episode 274888366 series 1011284
Par France Médias Monde, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
En effet, hier après-midi, l’opposant a annoncé sa victoire dès le premier tour. Une annonce qui a aussitôt suscité « une liesse populaire dans les bastions qui lui sont favorables », note le site d’information Guinée News. « Il faut cependant noter, poursuit-il, que Bakary Mansaré, le vice-président de la CENI, la Commission électorale nationale indépendante, a, pour sa part, déclaré que 'cette déclaration de Cellou Dalein Diallo était nulle et de nul effet'. Aux dernières nouvelles, pointe Guinée News, nos correspondants basés à Conakry rapportent que dans la soirée, le domicile de Cellou Dalein Diallo était encerclé par les forces de l’ordre ajoutant que des barrages étaient également érigés un peu partout dans les environs et autres points stratégiques de Conakry. » L’opposant s’est à nouveau exprimé hier soir, rapporte encore Guinée News, pour annoncer que « les FDS avaient tiré sur la foule de ses partisans, entrainant la mort de trois jeunes garçons. » Des poursuites contre l’opposant ? En tout cas, note Guinée 7, autre site d’information guinéen, la CENI a fermement rappelé hier qu’ « aucun chiffre provisoire n’était pour le moment annoncé. Et qu’elle était la seule institution habilitée à proclamer le résultat provisoire de l’élection présidentielle. Et que cette proclamation se ferait dans le délai maximum de 72 heures à compter de la réception du dernier procès-verbal, cela conformément au code électoral. » Les résultats officiels de cette présidentielle guinéenne devraient donc, en principe, être annoncés demain mercredi. Pour sa part, rapporte le site Africa Guinée, le gouvernement affirme « regretter profondément la déclaration du candidat de l’UFDG proclamant une prétendue victoire au scrutin présidentiel (…), et dont le seul but est de semer la confusion, de manipuler l’opinion publique et d’attenter sérieusement à la paix sociale. » Le gouvernement qui « se réserve le droit d’engager des poursuites judiciaires » à l’encontre de Cellou Dalein Diallo. La violence comme arbitre ? La partie de bras de fer est donc engagée… « La crise politique guinéenne a encore de beaux jours devant elle », soupire Ledjely. « Quel que soit le résultat du vote, il sera contesté, affirme le site guinéen. Tout d’abord, les principaux adversaires ne relèvent pas les mêmes constats quant aux anomalies et irrégularités enregistrées dans certains bureaux de vote. Or, en l’état actuel du soupçon de partialité qui pèse sur la Cour constitutionnelle, il sera impossible de trancher pacifiquement (…). On sait aussi que l’indépendance de la CENI est mise en cause par l’opposition et par une partie importante de la population. » Et Ledjely de rappeler qu’il « n’existe pas une seule élection en Guinée, depuis 1993, qui n’ait pas fait l’objet d’une contestation. Et tout porte à croire, estime le site, que celle-ci ne dérogera pas à cette pratique historique. Avant même les élections, l’UFDG avait fait savoir qu’elle contesterait les résultats en cas de défaite. Or, il est certain qu’Alpha Condé et le RPG n’ont pas battu campagne pour consentir à une défaite. À la lumière donc de ces deux positions et en l’absence d’institutions politiques dont la neutralité est reconnue par les protagonistes, il reviendra, estime Ledjely, à la violence ou à l’intervention de la communauté internationale de jouer l’arbitre principal. Sans jouer les prophètes du malheur, on peut donc dire, conclut le site guinéen, que la crise politique guinéenne a encore de beaux jours devant elle. » Un choix lourd de conséquences ? Dans la presse burkinabé, les avis sont partagés à propos de la sortie de Cellou Dalein Diallo… « En annonçant sa victoire avant la proclamation des résultats par la CENI, l’opposant pourrait être allé trop vite en besogne, estime le site d’information Wakat Sera. Mais, poursuit-il, avait-il seulement le choix de ne pas craindre, une fois de plus, de se faire voler la victoire, lui qui dit avoir été victime de ce hold-up par le camp d’Alpha Condé en 2010 et 2015 ? » Non, estime le quotidien Aujourd’hui : « en voulant court-circuiter Condé, Cellou a aggravé son cas, il est indéfendable. (…) Le spectre tant redouté est donc là : l’acceptation des résultats sera la goupille ôtée qui fera exploser la grenade. Objectivement, Cellou déclare la guerre à la coalition RPG-Arc-en-ciel et il défie le pouvoir sortant qui est toujours aux commandes ! »

1259 episodes