RedU T1 Ch29 Ep08

12:57
 
Partager
 

Fetch error

Hmmm there seems to be a problem fetching this series right now. Last successful fetch was on November 30, 2022 23:04 (2M ago)

What now? This series will be checked again in the next day. If you believe it should be working, please verify the publisher's feed link below is valid and includes actual episode links. You can contact support to request the feed be immediately fetched.

Manage episode 308498183 series 3013677
Par raoulito, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
 Red Universe Tome 1 Chapitre 29 Épisode 08 : « Remords (3) » 

À nouveau, le décor se dissout dans l’encre de l’obscurité pour réapparaitre sous une forme inattendue :
Un orthoptère ?
Oui, nous sommes en lévitation au-dessus de l’océan, à l’exacte verticale de la cathédrale sous-marine, cette relique sacrée de nos ancêtres que ta folie a conduit à la destruction, répondit calmement le roi, comme s’il expliquait à un écolier un quelconque problème mathématique.
Nous revoici à ce moment crucial de notre existence, Angilbe, celle qui scella nos destins à tous deux.
Un poids tirait le bras droit du chancelier, un pistolet automatique fumait, une cartouche engagée dans le canon encore chaud. Cela confirmait la plaie au front de Magnam IV. Il portait sa tenue d’officier en campagne, identique à celle qui l’habillait alors, quand ces évènement s’étaient produits. Derrière le souverain, la porte de l’appareil ouvrait sur un horizon marin où s’étiraient les vagues et leur écume chatoyante. Bizarrement, le ronronnement des turbines n’assourdissait pas les sons provenant de l’intérieur, mais, après tout, on n’en attendait pas moins d’un rêve.
Et que suis-je censé faire ? demanda Poféus, sèchement. À ce que je vois, vous avez déjà reçu la première balle. Reproduire notre dernière conversation ne m’intéresse pas.
Je pensais plutôt la poursuivre, mais sans que tu y mettes fin brutalement cette fois, répondit l’autre en bombant le torse, les mains jointes derrière son dos.
Sur cette posture habituelle pour le roi de l’humanité, il abandonna le chancelier du regard, considérant le poste de pilotage, vide de tout occupant. Après quelques secondes à observer l’immensité de l’océan au travers du parebrise avant, il reprit :
Pourquoi donc m’as-tu tué ? Le sais-tu ?
Vous m’avez traité de bâtard. C’était une humiliation !
Laisse-moi rire, Angilbe. D’abord, c’est malheureusement ce que tu es, un bâtard ; ensuite tu étais et es encore en haut de la hiérarchie. Ce n’est pas à toi que j’apprendrais ce que « se maitriser » signifie.
Ce n’est donc pas la vraie raison.
JE N’AI PAS À VOUS FOURNIR D’EXPLICATION, VIEIL HOMME !
Allons, garde ton calme. On ne gagne rien à faire des colères avec moi! Une preuve supplémentaire que quelque chose te tracasse. Il soupira, puis reprit :
Pourquoi me prives-tu de notre lien familial et de mon titre ? « Vieil homme », dis-tu ? Mais te rends-tu compte que tu sembles plus âgé que moi ? Nous n’avions pas vingt ans de différence et maintenant encore moins. Les affres de la vieillesse ne t’ont pas épargné…
Un autre que vous m’a dit cela, il y a très peu de temps ! s’énerva Poféus en braquant son pistolet sur le roi.
Oui, je sais. Encore un de mes fils, ton demi-frère Héhuā que j’ai perdu avec tout le reste… J’ignorais alors ce qu’il allait advenir de lui. Je ne l’ai appris que lorsque tu as lu les rapports de tes officiers.
J’ai perdu beaucoup des miens, NOTRE famille : fils, femmes, père, mère et enfin mon frère. Il ne me reste que toi et Azala. Celle que tu as décidé d’abattre à tout prix !

Tu n’as pas enfanté, Angilbe, tu n’as pas idée de ce que l’on ressent quand on assiste au combat fratricide de sa progéniture. L’un a été… perverti par les Souriants, l’autre fut une reine en devenir désormais exilée et il y a… toi.
Angilbe relâcha imperceptiblement son bras, abaissant son arme. Il cherchait le piège. Heir l’avait noyé sous les reproches et les insinuations, Méhala et lui avaient partagé leur passion et maintenant son père naturel qui l’avait abandonné semblait faire acte de contrition… où donc Calande voulait-elle en venir ?
Je ne t’ai PAS abandonné ! T’aurais-je aidé tout ce temps ? T’aurais-je offert mon cœur, mon amour paternel, tout  !
Cette phrase est de moi ! Mais Calande, quel est donc ton but ?
Cette fois-ci, il ne visait plus personne, le révolver pointait vers le sol et Angilbe cherchait au plafond une quelconque apparition de celle qu’il interpellait.
Angilbe… le roi s’approcha lentement, une expression attristée peinte sur son visage. Mon fils, je ne suis pas celui que tu crois, tu te méprends. Il n’y a…
Reste éloigné, Magnam. J’ignore combien de cartouches je devrais tirer pour que tu t’arrêtes, mais je n’hésiterais pas, gronda l’autre, son automatique menaçant à nouveau le monarque.
Le roi s’immobilisa, à un pas de son dauphin et seulement quelques centimètres du canon de l'arme.
Qu’est-ce qui te dit que c’est ton démon intérieur qui me guide, moi ou mes mots ? Crois-tu vraiment qu’elle possède un tel pouvoir ? Heir te haïssait, mais ta compagne Méhala et moi nous t’aimions. Le fait de nous revoir n’est pas forcément une finalité de son plan.
Ha oui ? Et quel est-il alors ce plan ? Réponds.
Je pense qu’elle te prépare à mourir… tu revis les moments clefs de ton existence avant la fin qu’elle te réserve, sans doute. Mécaryon et moi n’avons pas eu ce privilège, l’ignores-tu ? Notre disparition fut aussi brutale que celle de nos Lakedaímōns.
Ne comprends-tu pas que je veux profiter de cet unique moment pour t’ouvrir mon cœur, te dire combien je regrette de ne pas vous avoir préféré au trône, toi et Mathilde, ta mère ? Je…
Il chercha ses mots puis reprit :
… est-ce que tu désires une autre étape de ta vie ? Je peux arranger cela.
Magnam leva le bras et le décor s’effaça soudain, laissant l’obscurité engloutir jusqu’au chancelier lui-même, seul le fantôme du roi restait visible, irradiant tel un phare dans l’encre des nuits marines. Lorsqu’il reprit pied sur un sol, Poféus reconnut sans difficultés l’endroit : la passerelle de commandement du Théodème. Sa première « affectation » à la tête d’un vaisseau, alors qu’il venait de faire fusiller, puis éjecter dans l’espace, le précédent « Pacha » sur des allégations de trahison. En tant qu’amant de celui-ci, il lui avait été facile de déposer les preuves nécessaires, le reste se déroula sans grande surprise. Si ce ne fut…
« Commandant ? Le balayage nous donne quatre planètes dans ce nanosystème, dont une semble… habitable pour l’homme ? »
Poféus regarda les schémas qui s’affichaient sur la large projection face à lui :
Confirmez les résultats.
La marge d’erreur est de… moins de trois pour-cent, Monsieur !
Le silence le plus complet envahit alors la salle, tout juste troublé par quelques retours sonores des consoles et écrans de contrôle. Plusieurs opérateurs et officiers se retournaient vers leur chef, tandis que d’autres restaient obnubilés par l’image de la petite planète rouge. Magnam IV se tenait à ses côtés, invisible pour les participants :
Te rends-tu compte que tu es en face de la plus grande découverte de l’histoire de l’humanité ? Et toi, tu sembles hésiter. Pourquoi, Angilbe ?
J’ai volé le commandement de ce vaisseau et tous s’en doutent plus ou moins confusément.
Il se détourna de ce qui deviendrait Antares IV pour croiser le regard du roi, son père :
Si leur premier souvenir de mon commandement avait été une déception généralisée. Par exemple, avec un retard de plusieurs semaines pour étudier une planète faussement vivable, j’aurais pu y perdre beaucoup vis à vis de l’équipage.
Ah… quand je pense à la fierté que j’ai ressentie lorsque tu es revenu, à la tête de ton nouveau commandement, porteur de la plus grande nouvelle imaginable pour ce genre de mission, répondit son père, rayonnant d’amour-propre. Te souviens-tu de la réception donnée en ton honneur au palais ? Je t’ai personnellement déposé la décoration autour du cou, tu ignorais alors combien j’exultais de te couvrir ainsi de gloire. Je crois que plusieurs larmes coulèrent ce soir-là, les plus observateurs y virent un humanisme exacerbé.
Sans même s’en rendre compte, Angilbe sourit à cette évocation. Il se souvint de ce sentiment qu’il partagea également : la fierté. Fierté d’être enfin lui-même, une personne importante et reconnue.
Oui, je me remémore parfaitement la scène. Toute la Cour à mes pieds, moi, agenouillé à une marche de vous. Je savais mon avenir désormais assuré, les forces armées royales récompensaient largement ce genre d’honneur sur le long terme.
Monsieur ? Que faisons-nous ?
La voix de son officier le rattrapa. Sans hésitation, Poféus donna ses ordres, les mêmes que naguère :
… déclenchez les procédures de reconnaissance en surface. Messieurs, nous allons passer les prochaines semaines ici à établir si cette petite planète rouge est vraiment celle que nous avons toujours cherchée. Exécution !
Et c’est ainsi que tout commença, lança la roi Magnam dans son dos. Les Forces mentales te furent offertes, des années plus tard la Révolution Castiks brisa l’ancien régime et en moins d’un an, l’Exode prit son envol de MaterOne vers ce bout de roche perdu dans l’espace. Encore un peu et tu devins chancelier. Le fils caché du roi accédant à la quasi-royauté. Quel incroyable retournement de situation !
C’est en effet cela… père. Mais nous oublions quelqu’un dans cette chronologie, n’est-ce pas ?
Poféus observa une dernière fois les larges écrans de contrôle où l’on suivait l’avancée du Théodème vers Antares IV. Oui, un grand moment de son existence, en effet…
Ne quittant pas son — si rare — petit sourire aux lèvres, il ferma ses paupières en s’adressant à la personne derrière lui qu’il savait ne plus être Magnam.
« Calande, je vais me retourner et je pense deviner qui sera le prochain sur ta liste. »
Nouveau brouillard d’ébène, il retrouvait la chambre de son château, offert par l’armée pour ses loyaux services. En bas, on entendait de la musique et des voix, une sorte de spectacle proposé à ses invités en conclusion d’une difficile journée où l’on déplorait la perte du Professeur QuartMac. Cette soirée aussi fût la première d’une période majeure de son existence : devant lui se tenait un jeune homme pas encore majeur, blond à la peau d’une grande pâleur, nu, mais qui ne s’en cachait pas. Leurs regards ne se quittaient pas.
Angilbe… dit-il simplement de la voix de Calande.
… Fabio, répondit le chancelier.

———-
SOUTENEZ REDUNIVERSE ! Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture : Gortozaran, TheDelta, CowboyE, Hadaria - Acteurs : Gortozaran: narration, Pofeus: pof, Calande: coupie, MagnamIV : raoulito, Derush/montage : Gvillaume/Rafa96, Musiques: VG, Ian, Cleptoporte, Pia

Participez aux recrutements sur http://reduniverse.fr/la-saga/the-red-universes-team/recrutement/
Nous vous attendons !

La DEUXIEME SAISON DE FORCES MENTALES EST POUR DANS MOINS DE TROIS SEMAINES ( http://forcesmentales.fr )PREPAREZ-VOUS !

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/

434 episodes