RedU T1 Ch29 Ep05

12:32
 
Partager
 

Manage episode 308498186 series 3013677
Par raoulito, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
 Red Universe Tome 1 Chapitre 29 Épisode 05 : « Pendaison » 

Pour les opérateurs de la tour de contrôle de MaterOne, ce n’était qu’un point de plus dans la carte spatiale proche, un appareil entrant dans l’atmosphère et se dirigeant vers l’astroport de MaterOne Centrum. Les yeux avertis notaient tout de même le symbole accolé au nom, une petite étoile Castiks qui informait du caractère officiel du nouveau venu.
À cent kilomètres d’altitude, le plus grand vaisseau de guerre de la flotte humaine s’entourait d’une immense couronne de flamme due au frottement avec l’air de la planète. La partie supérieure de la coque, chauffée fortement, résistait pourtant aisément à l’élévation de température et la taille de l’engin rendait le phénomène très impressionnant, visible par les télescopes amateurs d’un tiers de l’hémisphère. Bien que ceux-ci pouvaient se révéler blasés d’un spectacle devenu commun, le dernier — et désormais unique — croiseur géant de la flotte du Chancelier Pofeus arrivait encore à capter l’attention de certains curieux. C’est à une vingtaine de kilomètres d’altitude que la vitesse passait en dessous des quatre-cents kilomètres-heure, limite à partir de laquelle la friction atmosphérique s’estompait. Alors que les échanges radio avec le centre de contrôle s’intensifiaient pour obtenir les valeurs d’approche vers le spatiogare, une navette quitta précipitamment le hangar inférieur de l’appareil, filant vers l’Est. On calma rapidement les ardeurs des contrôleurs qui s’affligeaient de ce mouvement non prévu : le ministre Ouli se rendait en urgence à un entretien avec le Chancelier Pofeus, toutes les autorisations viendraient plus tard.
Un peu à l’écart du complexe hospitalier militaire de Fort Magnam, à quelques kilomètres de la capitale, un discret bâtiment identique aux autres se dédiait aux soins des Mentaux et leurs — possibles — déviances psychiques. C’est dans ce lieu des plus secrets que l’on avait interné Angilbe Pofeus depuis sa crise de démence qui avait couté la vie au Capitaine Fakir. Le corps de l’officière horriblement mutilé, au cœur même des appartements de la chancellerie, avait plongé les premiers arrivés dans l’effroi. Il avait fallu du temps aux spécialistes de l’esprit pour atténuer ou effacer ces souvenirs, quand on ne falsifiait pas les rapports. Malgré la grogne du haut commandement de l’armée et du président du parlement, c’était donc bien les Forces mentales qui avaient pris l’affaire en main, jusqu’à accueillir en leur sein... leur ancien maitre.
La navette du ministre s’apprêtait à se poser quand le sas du côté exposé à l’hôpital s’ouvrait, sous les yeux ahuris des responsables sortis précipitamment pour recevoir l’illustre invité. Ils ne virent qu’une ombre s’éloigner de l’appareil, passer au-dessus d’eux et atteindre directement l’entrée à double battant de l’immeuble. Ralato Ouli n’utilisa pas l’ascenseur, il bondissait de palier en palier, porté par ses fabuleux nouveaux pouvoirs, pour s’enfoncer toujours plus profondément dans les entrailles du bâtiment. Il connaissait par avance sa destination et la raison de l’urgence qui le tenaillait : Pofeus venait de se pendre dans sa cellule !
Il n’accorda même pas un regard aux deux gardes Mentaux devant l’entrée du bloc opératoire et pénétra dans la salle stérile, alors que l’équipe de chirurgiens tentait désespérément de libérer la trachée du chancelier.
« Écartez-vous ! »
fut sa seule phrase : tous les participants sentirent comme une main invisible les tirer en arrière, paralysant leurs membres et les retenant à bonne distance du lit de leur patient.
Mais que faites-vous ? Laissez-nous, il va y rester si nous nous arrêtons maintenant ! s’exclama un des médecins. C’est une pièce stérile, éloignez-vous tout...
Les bacilles sont confinés au tour de moi, ne vous inquiétez pas, le coupa Ralato. Je suis en train de... voilà, les vaisseaux et conduits sont tous à nouveau ouverts.
Le ministre, toujours concentré, contourna lentement le patient allongé sur la table d’opération, s’offrant quelques secondes de répit avant la suite du « traitement ». La gorge de Pofeus ressemblait à des feuilles de papier trempé qui auraient été déposées sur des câbles métalliques. Le fait d’avoir désobstrué trachée, artères et veines ne soldait pas le début de nécrose des tissus. Il fallait relancer le cœur, simple, mais également réactiver un cerveau sous mort cérébrale...
« Presque mort... » lâcha-t-il pour lui-même.
Debout derrière la tête d’Angilbe, il posa ses paumes contre chaque côté du visage de ce dernier, prit une grande inspiration et se concentra. Tout autour de lui, ils apparaissaient déjà : les formes translucides représentant des objets aussi hétéroclites qu’anodins : tournevis, tasses, communicateurs ou pièces de monnaie. Leur nombre augmentait, ils accourraient à sa demande certains surgissaient de nulle part, tandis que d’autres traversaient le sol et le plafond pour lui offrir ce qu’il exigeait : la puissance.
Pensez-vous que vous pourrez m’aider à réaliser ce miracle ? interrogea intérieurement Ralato
Nnnnnouuss exauceronnss tesss désiiiiirrrsss, lui répondit une voix lointaine, bien connue.
Ces êtres venaient d’un quelque part où le ministre n’avait pas accès. Ces objets communs n’étaient qu’une sorte « d’interface » grâce à laquelle ils communiquaient avec lui — et Fabio, par le passé —, mais cela ne les représentait pas dans leur forme réelle. La seule apparition vaguement compréhensible avait été celle d’un clown habillé en noir et blanc, façon arlequin, répondant au nom de « Monsieur Loyal ».
Alors, aidez-moi. Je vous le demande.
OUIIIIIIIiiiiiiiiiiii...

*

Bonjour, Angilbe.
Ça... Calande. Mais, HAAAAA ! Quelle est cette douleur, je me sens... j’ai mal partout ! J’ai l’impression d’avoir été... tout mon corps brule comme s’il avait été écrasé sous des tonnes et des tonnes !
Comme d’habitude, mon chou. On a beau t’ensevelir sous les décombres ou sous terre, tu arrives toujours à revivre. Les chats ont neuf vies, n’as-tu pas dépassé le quota ?
Que s’est-il passé ? Réponds-moi !
Je t’ai encore raté, voilà.
Tu m’as... LE DRAP !
Oui, le drap. Quel travail pour t’emporter dans le sommeil, t’autoriser à poser tes sales pattes sur moi et te laisser répandre ton infâme semence dans mon vagin ! Mais j’ai ainsi pu contrôler ta carcasse et te faire nouer ces draps. Mon plan semblait parfait.
Tu... tu... tu as voulu me tuer ? Moi ?
Une fois de plus, oui. Mais tu t’accroches, je ne dois pas bien savoir m’y prendre.
Nan... nan ! Tu n’as pas le droit !
J’ai tous les droits ! Et puis, c’est toi qui as déclenché les hostilités, t’en souviens-tu ? Tu as parlé de me tuer, je ne fais que me défendre. Désormais, j’aurais ta peau la première. Je n’ai qu’à trouver la bonne personne... pardon, devenir la bonne personne qui saura faire le travail convenablement.
Je sens... je sens la vie s’insuffler en moi. Je sens... oui, je sens quelque chose m’envahir et chasser tous mes maux !
Ton Ralato chéri fait des miracles. Ou est-ce le miracle qui utilise, cette fois-ci, ton Ralato chéri ? Qui peut le savoir ?
Tu as voulu... me tuer ! Moi ! Après tout ce que je t’ai offert : mon cœur, mon amour, tout !
C’est ça, oui... Ta vieille enveloppe fripée avec tes performances de dix minutes chrono ne m’ont guère fait grimper au plafond. Mais, sans doute, suis-je trop âgée à ton goût ? Trop... féminine, peut-être ? Navré de ne pas être tout juste pubère, il faudrait arranger cela.
Qu’est-ce que... attend ! Ne t’en va pas ! Ne me laisse pas ! Attend !

  • Ralato retint le chancelier par les épaules alors que ce dernier se redressait brusquement. Il relâcha sa mainmise sur le personnel du bloc opératoire qui se précipita pour l’aider à recoucher le patient. Celui-ci regardait à droite et à gauche l’air affolé, il cria :
    Ne t’en va pas ! Ne me laisse pas ! Attends !
    Je suis là, monsieur, lui répondit doucement le Mental. Calmez-vous, c’est fini.
    Que je me calme ? Mais tu ne vois pas QUI EST LÀ, TOUT AUTOUR ?
    De qui parlez-vous ?
    Mais regarde ! Ah, NE ME TOUCHE PAS, MAUDIT SOIS-TU !
    Monsieur !
    En une pensée, Ralato trouva les seringues hypodermiques dont l’une vola au travers de la pièce. Jaugeant la bonne quantité de sérum d’après l’esprit de l’anesthésiste, il la fit se planter dans l’épaule de Poféus.
    « ILS SONT TOUS LÀ ! RALATO FAIT... fait... fait... f... »
    Le premier médecin souleva une des paupières, passa sa petite lampe pour juger de la dilatation de l’iris, puis conclut :
    Il dort. Monsieur Ouli, j’avoue ne jamais avoir vu quelque chose de comparable à ce qui vient de se produire. De toute ma carrière dans les Forces mentales, c’est proprement...
    Je sais, le coupa simplement le ministre. D’un signe de tête, il indiqua l'électroencéphalographe. Surveillez constamment sa tension et son activité cérébrale durant les vingt prochaines heures. Je serais là à son réveil. Je vous le confie.
    Il resta encore une poignée de secondes à observer le visage endormi. Qui donc « se trouvait là » ? Et pourquoi une telle peur panique ? Et, simplement, pourquoi cette tentative de suicide ? On prendrait les précautions nécessaires pour que cela ne se reproduise pas, mais cela ne répondait à aucune question.
    Il leva les yeux et balaya mentalement tout le personnel médical présent. Non, rien que des serviteurs professionnels et dévoués.
    Alors, qu’avait donc vu le chancelier ?

*

Pofeus flottait au milieu de la brume. Il ne sentait plus ni le drap, ni l’odeur de l’antiseptique, ni même son propre corps. Il ondulait doucement, au rythme langoureux d’une houle sans fin au cœur de l’obscurité.
Angiiiiiiilbe ? fit alors une voix lointaine.
NAN, VA T-EN !
Angiiiiiiilbe ? Angilbe, Angilbe, Angilbe !
Je.. non, laisse-moi, je ne peux pas bouger, je suis paralysé, s’affola-t-il, tentant vainement de se déplacer ou de remuer la tête. Va-t-en, tu n’existes pas, je t’ai tué !
Allons... tu n’es pas heureux de retrouver... ton demi-frère ?
Monsieur Heir se matérialisa devant lui, impeccablement habillé, comme toujours, ses cheveux gominés surplombant des yeux noirs et menaçants. Un détail incongru attirait pourtant le regard de l’observateur attentif. L’entièreté de son torse et de son abdomen était ouvert et des organes perforés pendaient, laissant gouter sous lui des filets carmin qui se perdaient dans le néant.
« En tous cas, moi, comme tu peux le constater, je suis tel que tu m’as abandonné. » ajouta-t-il dans un large sourire.

———-
SOUTENEZ REDUNIVERSE ! Prod: podshows, Réa: Raoulito, Relecture : Gortozaran, TheDelta, CowboyE, Hadaria - Acteurs: Gortozaran, narration, Pofeus : pof, Calande : coupie, Heir : destroK, Ralato : raoulito, Docteur :Coles, Loyal : angelusY Derush/montage : Hadaria/Numa Musiques: VG, Ian, Cleptoporte, Pia

Participez aux recrutements sur http://reduniverse.fr/la-saga/the-red-universes-team/recrutement/
Nous vous attendons !

La DEUXIEME SAISON DE FORCES MENTALES EST POUR DANS UN MOIS ( http://forcesmentales.fr )PREPAREZ-VOUS !

Vous aimez Red Universe ou alors vous avez des critiques ou des remarques ? Laissez vos commentaires ici : http://reduniverse.fr/la-saga/episodes/

434 episodes