Le reste du Canada peut-il copier le modèle québécois de congés parentaux?

44:53
 
Partager
 

Manage episode 253488555 series 2492339
Par RCI | Français, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Sur le plan international, le Québec fait très bonne figure en matière de politiques familiales, notamment son régime de congés parentaux très généreux à l’égard non seulement des nouvelles mères, mais aussi des pères.

Ailleurs au Canada, s’il existe un régime de congé parental, il est beaucoup moins souple et est peu utilisé par les pères, qui craignent d’être ostracisés ou pénalisés par le milieu de travail. Le premier ministre canadien Justin Trudeau parle depuis plus de cinq ans de changer la donne. Plusieurs lui suggèrent d’adopter de but en blanc le modèle québécois. Mais devrait-il se limiter à cela?

Souvent comparé à celui de la Suède, le régime du Québec est loin d’égaler ce dernier. Dans ce pays, on propose aux parents de se partager 69 semaines de congé, dont 56 semaines à 77 % du salaire. Au Québec, les parents ont droit à 50 semaines au total, dont au moins 18 avec des prestations moindres.

Notre invitée est la sociologue Valérie Harvey, qui a fait le tour du monde dans sa quête du meilleur régime de congés parentaux…

Écoutez ou regardez Tam-Tam Canada du vendredi 14 février 2020 – 44:53

ÉcoutezFR_Tam_tam_Canada-20200214-WEF15

<span data-mce-type="bookmark" style="width: 0px; overflow: hidden; line-height: 0;" class="mce_SELRES_start"></span>

Découvrez nos articles sur le même sujet

Avoir un enfant au Canada fait perdre à la mère des revenus pendant 5 ans, mais fait augmenter ceux du père
Selon un rapport de la Banque Royale du Canada, les Canadiennes de 25 à 38 ans peuvent s’attendre en moyenne à perdre 4 % de leurs revenus pendant les cinq premières années suivant la naissance de leur enfant. Pour les femmes plus jeunes, de 25 à 29 ans, la perte de revenu atteint 14 % pendant cinq ans par rapport aux femmes qui ne donnent pas naissance.

Ottawa est tenté par le modèle de congé parental à la québécoise
Ce n’est pas la première fois que le premier ministre canadien jongle avec l’idée d’adopter l’essentiel du modèle québécois en matière de congés parentaux. Celui-ci avait été désigné en 2015 comme étant l’un des meilleurs du monde par le Center for American Progress, un institut de recherche indépendant à tendance progressiste aux États-Unis.

La prise de congé de paternité serait encore mal perçue au Québec
En matière de congé parental, les pères et les mères ne sont pas logés à la même enseigne. Il est tout à fait normal qu’une mère qui vient d’accoucher prenne un congé de maternité. Le père qui se prévaut lui aussi d’une pause professionnelle ne semble pas bénéficier de l’indulgence de ses collègues. Certains sondages suggèrent que cela peut nuire à leur carrière.

Les plus pauvres au Canada sont aussi les plus pauvres en congés parentaux
Une nouvelle étude suggère que le programme fédéral de congés parentaux laisse en plan les deux cinquièmes des mères, dont la plupart sont à faible revenu. Plus de 65 % des femmes gagnant plus de 30 000 $ pouvaient bénéficier du programme en 2013, mais ce chiffre chute à 37 % pour les salariées recevant moins de 30 000 $. Cela marque une fracture importante entre les familles.

Hausses souvent astronomiques des frais de garde d’enfants au pays, sauf au Québec
Une enquête publiée par le Centre canadien de politiques alternatives révèle que, depuis 2017, les frais de garde d’enfants ont augmenté plus rapidement que l’inflation dans 61 % des villes canadiennes. C’est presque 10 fois moins cher à Montréal. Le coût médian à Toronto pour faire garder un seul enfant par mois est de 1675 $, contre 175 $ à Montréal.

Le meilleur de la semaine en images

window.jQuery || document.write('<script src="/wp-content/plugins/scoop-medias/js/lib/jquery/jquery-1.9.1.min.js")"><\/script>') (function (global, $) { $(document).ready(function () { var hauteurGalleria=270; if ($(".post").length>0){ hauteurGalleria=430; } $.getJSON("/wp-content/plugins/scoop-medias/get-gallery-images.php", { id:12286 }, function (data) { if (data.length > 0) { var source = $.map(data, function (val, key) { var credits = []; if (val.agence) { credits.push($.trim(val.agence.replace("©", ""))); } if (val.auteur) { credits.push($.trim(val.auteur.replace("©", ""))); } return { image: val.image, thumb: val.thumbnail, big: val.image.replace("_sn635", "_sn1250").replace("635x357", "1250x703"), description: val.leg ? val.leg + (credits.length > 0 ? " ©&nbsp;" + credits.join("/") : "") : "" }; }); Galleria.loadTheme("/wp-content/plugins/scoop-medias/js/lib/galleria/themes/classic/galleria.classic.js"); Galleria.run("#galleria12286", { dataSource: source, showInfo: true, imagePosition: "center top", height: hauteurGalleria, lightbox: true, wait: true }); Galleria.ready(function () { var gallery = this; $("#galleria12286").css("position","relative").css("height", hauteurGalleria + "px").append('<div id="galleria"></div><a href="" class="btFullscreen"></a>'); $(".btFullscreen").click(function (e) { e.preventDefault(); $("#galleria12286").data("galleria").openLightbox(); }); }); } } ).error(function () { $("#galleria12286").html('<p class="centered">Impossibe de prévisualiser l\'album</p>'); }); }); })(this, jQuery);

248 episodes