La Sagesse des Arbres – Lecture Méditative

5:48
 
Partager
 

Manage episode 261416840 series 25640
Par Moutassem Hammour, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Dans cette lecture méditative, on va découvrir un texte de Hermann Hesse sur son amour pour les arbres.

Herman Hesse est un auteur et poète germano-suisse qui a reçu le prix Nobel de la littérature en 1946. Je vous recommande de lire son livre Siddharta qui est devenu un classique dans la littérature spirituelle.

Le texte que l’on va découvrir aujourd’hui est tiré de son livre Wandering : Notes and Sketches (1972).

Je vous invite à écouter cette lecture méditative avec le coeur autant qu’avec la tête.

Regarder La Sagesse des Arbres

Podcast La Sagesse des Arbres

Texte de Hermann Hesse dans Wandering : Notes and Sketches (1972)

Pour moi, les arbres ont toujours été les plus touchants prédicateurs. Je les révère lorsqu’ils vivent en tribus et en famille, dans les forêts et les bosquets. Et je les révère encore plus lorsqu’ils se tiennent seuls. Ils sont comme des personnes solitaires. Non pas comme des ermites qui fuient leurs faiblesses, mais comme les grands hommes solitaires, comme Beethoven et Nietzsche. Dans leurs plus hauts rameaux, le monde froisse, leurs racines reposent infiniment. Mais ils ne s’oublient pas là, ils luttent avec toute la force de leur vie pour une chose seulement : s’accomplir selon leurs propres lois; construire leur propre forme, se représenter eux-mêmes.

Rien n’est plus sacré, rien n’est plus exemplaire qu’un beau et fort arbre. Lorsqu’un arbre est coupé et révèle la nudité de sa blessure mortelle au soleil, on peut lire toute sont histoire dans le lumineux disque de son tronc : dans les cernes des années, toutes ses luttes, toute sa souffrance, toutes les maladies, toute la joie et prospérité s’affichent véritablement marqués. Les années maigres, les années luxuriantes, les attaques surmontées, les tempêtes endurées.

Les arbres sont des sanctuaires. Quiconque sait leur parler, quiconque sait les écouter, peut apprendre la vérité. Ils ne prêchent pas enseignements et préceptes, ils prêchent, sans s’encombrer de détails, l’ancienne loi de la vie.

Un arbre dit ; un noyau est caché en moi, une étincelle, une pensée, je suis une vie de la vie éternelle. La tentative te le risque que la mère éternelle a pris en moi est unique, unique la forme et les veines de ma peau, unique les plus petits jeux de feuilles dans mes branches, et la plus petite cicatrice sur mon écorce. J’ai été fait pour former et révéler l’éternel dans mes plus petits détails.

Un arbre dit : Ma force est la confiance. Je ne connais rien de mes pères, je ne connais rien des milliers d’enfants qui chaque année naissent de moi. Je vis le secret de ma graine jusqu’à la toute fin, et je ne m’occupe de rien d’autre. J’ai confiance que Dieu est en moi. J’ai confiance que mon oeuvre est sacrée. De cette confiance je vis.

Lorsque nous sommes accablés et ne pouvons plus supporter notre vie, alors un arbre a quelque chose à nous dire : reste immobile ! Reste immobile ! Regarde-moi ! La vie n’est pas facile. Elle est difficile. Dépasse tes peurs d’enfant … ta maison ne se trouve ni là ni là-bas. Ta maison est en toi.

Quiconque apprend à écouter les arbres, découvre qu’il ne veut rien d’autre qu’être ce qu’il est. Il trouve son refuge et il trouve sa joie.

Merci à BrainPickings pour la découverte de cet extrait.

280 episodes