Paroles ouvrières : classe à part

42:24
 
Partager
 

Manage episode 278507383 series 2539957
Par Binge Audio, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

« Un ouvrier, c’est là pour fermer sa gueule ! », lançait le candidat Philippe Poutou en titre de son livre au moment de la présidentielle de 2012. Tout en jouant la provocation, cette phrase résume un enjeu démocratique bien réel : il y a, d’un côté, une expression politique légitime, celle de la classe dominante rodée à l’exercice médiatique et, de l’autre, une parole invisible, dévalorisée, celle des ouvrier·ère·s.

Quels rôles les phénomènes de classes jouent-ils dans nos façons de parler ? Comment porter une parole politique quand on est exclu·e du débat public ?

L’INVITÉ

Philippe Poutou, ouvrier à l’usine Ford de Blanquefort jusqu’en 2019, candidat par deux fois pour le parti NPA, Nouveau Parti Anticapitaliste, aux élections présidentielles de 2012 et de 2017, auteur de l’ouvrage « Un ouvrier, c’est là pour fermer sa gueule ! » (éd. Textuel, 2012).

LES RECOMMANDATIONS

LA RECO DE PHILIPPE : Le roman « L’Art de perdre » d’Alice Zeniter et le film « ADN » de Maïwenn.

LA RECO DE MARIA : L’article de Pierre Bourdieu « Vous avez dit “populaire” ? » publié dans la revue « Actes de la Recherche en Sciences Sociales » disponible à cette adresse : https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1983_num_46_1_2179

LA RECO DE LAÉLIA : Les travaux de l’auteur Jérôme Meizoz (« L’âge du roman parlant ») et Nelly Wolf. Sur les parlers dits illégitimes et légitimes et le droit de cité, les romans « La Mère » de Maxime Gorki et « Martin Eden » de Jack London.

LA CITATION D’ALAIN REY (HOMMAGE)

« Les gens qui utilisent une langue doivent s’accorder sur le sens des mots et la façon de construire des phrases. C’est ce que l’on apprend à l’école. Mais une langue ne se limite pas à ces codes. Il faut compter aussi avec l’énergie intérieure des mots qui s’accroît, se modifie, se métamorphose sans arrêt. La langue est un pouvoir très fort qui va souvent contredire les idées d’une société »

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L'ÉPISODE

1/ Bourdieu, Pierre, « Ce que parler veut dire. L'économie des échanges linguistiques », Paris, Fayard, 1982

2/ Goffman, Erving. « La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi », Paris, Minuit, 1973 [1959]

3/ Mouterde, Perrine, « Qui sont les ouvriers d’aujourd’hui ? », Le Monde, 23 mai 2016 https://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/06/07/qui-sont-les-ouvriers-aujourd-hui_4941062_1698637.html

4/ Observatoire des inégalités, enquêtes sur la place des classes populaires parmi les élu·e·s : https://www.inegalites.fr/L-Assemblee-nationale-ne-compte-quasiment-plus-de-representants-des-milieux; https://www.inegalites.fr/L-origine-sociale-des-elus-ne-reflete-pas-la-societe-meme-au-niveau-local?id_groupe=14&id_mot=123&id_rubrique=118

5/ Olivesi, Aurélie, « La parole profane dans les médias ou les ambiguïtés du discours sur le genre », Mots. Les langages du politique [En ligne], 90 | 2009

6/ Véron Laélia « A la télé, les Gilets jaunes entre deux injonctions contradictoires » [en ligne] Arrêts sur images, décembre 2018

CREDITS

Parler comme jamais est un podcast de Binge Audio animé par Laélia Véron...


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

19 episodes