CO2, les micro-algues à la rescousse

2:12
 
Partager
 

Manage episode 335944103 series 3367245
Par France Médias Monde, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
Avec l’objectif de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, une entreprise française développe un dispositif de capture de CO2 pour les sites industriels. Le procédé s’effectue à l’aide de micro-algues qui, par photosynthèse, se nourrissent des fumées d’usines. Les micro-algues seront ensuite transformées en matière première destinée aux marchés de l’agroalimentaire. Le dioxyde de carbone que rejettent en masse les industries et les véhicules roulant aux énergies fossiles, risquent de nous tuer littéralement à petit feu, alertent depuis des décennies les scientifiques qui analysent les dérèglements du climat. Avec l’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre, la jeune pousse CarbonWorks, créée en 2021 à l’initiative de la société Fermentalg et du groupe Suez, s’est spécialisée dans la capture et la valorisation du CO2 en cultivant des microalgues. L’entreprise a développé un nouveau standard de photo bioréacteur industriel capable de capter plusieurs milliers de tonnes de CO2 directement à la source des fumées d’usines, nous précise Guillaume Charpy, président de CarbonWorks : « Les micro-algues sont directement alimentées par le CO2 que rejettent les industries, et sous l’action du phénomène de photosynthèse, ces micro-organismes vont décomposer le CO2 en deux parties, le carbone qu’elles assimilent et l’oxygène qu’elles relâchent dans l’atmosphère. Elles se multiplient très rapidement pour former une biomasse. Techniquement, nous collectons le CO2 à l’aide d’un tuyau placé en amont des fumées d’usines chargées de dioxyde de carbone que nous purifions au maximum. L’étape suivante consiste à extraire de la biomasse que forme les micro-algues qui sont arrivées à maturité, des molécules d’intérêt pour les industriels, ajoute Guillaume Charpy. Par exemple, nous produisons des fongicides à partir des toxines qui sont sécrétées par certaines variétés de micro-algues, des lipides et des Oméga 3, des colorants alimentaires ou encore des ingrédients à forte valeur ajoutée pour l’alimentation des animaux. La production d’une tonne de biomasse valorise ainsi 2 tonnes de CO2. Notre objectif avec nos photo bioréacteurs industriels est de recycler 10 000 tonnes de CO2 par hectare et par ans. » CarbonWorks a déjà levé 11 millions d’euros pour construire et mettre en service dès 2023 un photo bioréacteur de taille semi-industrielle. Ce projet fait suite à la première installation d’un réacteur de démonstration qui était installé sur un site de méthanisation à Cestas, en Gironde. Ce photo bioréacteur permettra d’extraire des micro-algues des composants pouvant être utilisés comme fongicide naturel en substitution des pesticides de synthèse, notamment pour les vignobles. L’objectif de cette nouvelle unité est également d’encourager les industriels de passer à une économie circulaire du CO2, plus respectueuse de notre environnement en souffrance, mais qui génère aussi des profits. Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

44 episodes