Faut-il réduire les actions canadiennes dans le portefeuille

45:45
 
Partager
 

Manage episode 263633665 series 1836322
Par Raymond Kerzerho, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Chers auditeurs,

Nous traversons une période qui nous pousse à nous renouveler et à trouver des solutions pour vous proposer des épisodes de qualité, tant dans le contenu que dans la l’écoute. C’est pourquoi, pour ne pas vous laisser plusieurs semaines sans nouvel épisode, nous avons choisi de vous proposer du contenu inédit enregistré avant le début de la crise.

Nous espérons que ce sujet saura vous intéresser et vous divertir.

Bonne écoute et prenez soins de vous.

Dans ce nouvel épisode de l’Investissement Décomplexé, James Parkyn et Raymond Kerzérho discutent de la performance décevante des actions canadiennes comparativement aux actions américaines.

Fait saillants :

  • Reprendre les données historiques pour prédire l’avenir est une erreur.
  • La période 2010-19 a été décevante pour les actions canadiennes. Par contre, lors de la décennie précédente, ces dernières se sont avérées dominantes.
  • Le marché canadien représente 3 % du marché mondial. Est-il souhaitable de détenir une pondération supérieure?
  • Les bénéfices de la diversification avec les actions canadiennes, américaines, internationales et des pays émergents.
  • Le seuil à partir duquel la proportion en actions canadiennes devient trop élevée.
  • Penser stratégiquement à long terme lorsqu’on décide de la répartition du portefeuille entre les différentes régions du monde.

Lien :

Rapport de Vanguard à propos de la diversification internationale (disponible en anglais seulement)

87 episodes