#36 Silly Boy Blue : « Mon cerveau est une grande conférence où tout le monde parle et personne ne s’écoute »

57:30
 
Partager
 

Manage episode 289878435 series 2506632
Par Fanny Ruwet, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Vous voyez ce moment de Brooklyn 99 où Jeffords parle de Taylor Swift et crie « SHE MAKES ME FEEL THINGS », puis que Peralta répond « SHE MAKES ALL OF US FEEL THINGS » ? Pour moi, on pourrait aussi dire ça de Silly Boy Blue.

Sa musique est assez difficile à définir, notamment parce que je n’ai aucun vocabulaire (Les Inrocks appellent ça de la dream pop) mais aussi parce qu’elle pourrait être un mélange un peu improbable entre du Elliott Smith et du Lady Gaga.Donc à savoir : fabulously sad.

Ça faisait fort longtemps que j’avais envie d’inviter Ana (c’est son prénom) dans le podcast (parce qu’elle est vraiment chouette et rigolote) mais j’attendais la presque sortie de son premier album pour le faire. Il est prévu pour le mois de juin et je veux pas vous spoiler mais c’est déjà un de mes disques préférés de l’année.

Pendant cette discussion on a beaucoup ri mais sur son disque, il y a beaucoup de chansons de type « oh wow la vie vient de rouler sur mon égo mdr » donc au final, c’est surtout de ça dont on a parlé avec Ana. Mais aussi :

  • de l’impact du covid sur nos capacités émotionnelles
  • du fait qu’elle déteste planifier à l’avance
  • de comment elle s’est construite grâce à la musique
  • de son besoin de toujours prouver qu’elle est légitime
  • de vivre les histoires d’amour dans sa tête plutôt qu’en vrai
  • du fait que c’est parfois compliqué de savoir l’image qu’on veut montrer de nous : le côté sensible voire fragile ou l’aspect « fuck off je sais gérer ma barque »
  • du fait qu’elle a décider d’accepter certaines de ses névroses plutôt que d’essayer de travailler dessus
  • et puis évidemment, on a fini par parler de Twilight, de Salinger, d’un Furby et d’une conférence de 600 personnes qui a lieu en permanence dans son cerveau
Pour soutenir le podcast via Patreon

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/lesgensquidoutent.


Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

43 episodes