Pays-Bas: un «deepfake» pour résoudre un crime vieux de vingt ans

3:01
 
Partager
 

Manage episode 329927502 series 2479113
Par France Médias Monde, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
Le « deepfake » utilisé pour résoudre un crime vieux de 20 ans. La police néerlandaise utilise pour la première fois ce moyen technologique pour un appel à témoin vidéo. Le visage d'un adolescent tué en 2003 sur un parking de Rotterdam a été placé sur un autre corps. Et c'est donc la victime elle-même, dans une vidéo, qui demande à ceux qui auraient éventuellement des informations à propos du meurtre de se mettre en rapport avec la police. Sur la vidéo en question diffusée dimanche 22 mai sur une chaîne néerlandaise, c'est un adolescent comme un autre que l'on voit. Vêtu d'un jogging, sur un terrain de football mal éclairé, ballon sous le bras, le jeune homme avance vers la caméra au son d'une musique un peu angoissante. Après être passé entre une haie de personnes, des proches, des anciens professeurs et des camarades de foot, Sedar Soares lâche son ballon de foot et s'adresse directement aux téléspectateurs : « Vous en savez plus ? Alors parlez maintenant ». Ensuite, sa silhouette s'efface peu à peu avant de disparaître. Et c'est vraiment troublant parce que ce garçon qui semble si vivant devant nous parle en fait de son propre meurtre. Sedar Soares a en effet été tué en 2003 alors qu’il faisait une bataille de boules de neige avec des copains près d'une station de métro de Rotterdam. Pendant des années, la police pensait que l'adolescent avait été tué par un automobiliste en colère après avoir reçu des boules de neige. Mais aujourd'hui, elle penche plutôt pour un meurtre lié à un affrontement entre bandes rivales... L'adolescent aurait été témoin d'un deal de drogue qui aurait dégénéré ou alors victime d'une balle perdue. Il était au mauvais endroit, au mauvais moment. En le faisant « revivre » en quelque sorte, la police néerlandaise a voulu jouer la carte de l'émotion pour faire réémerger des souvenirs enfouis relancer une enquête jamais élucidée. Comment est-ce que les policiers s'y sont pris pour créer ce « deepfake » ? Avec l'accord de sa famille, la police a utilisé une photo de l'adolescent prise le Noël précédant sa mort. Et elle a collé ce visage sur un autre corps. Des images et des vidéos ont été analysées par un ordinateur pour recréer les mouvements de la bouche et des yeux. C'est ce qui a permis la création de ce film certes truqué, mais aussi émouvant et troublant. Cette première mondiale dans le cadre d'un appel à témoins va-t-elle s'avérer efficace ? C'est ce qu'espèrent la police et la famille de Sedar Soares, pleinement associée au projet. Depuis la diffusion du film, la police néerlandaise indique avoir reçu une dizaine de témoignages, ce qu'elle juge très positif, même si elle n'a pas encore pu vérifier leur véracité ou leur utilité pour le moment. Par ailleurs, Une récompense de 4 000 euros sera offerte à la personne qui permettra de résoudre cette enquête.

171 episodes