31 mai 2021 : Coup d’Etat au Mali

 
Partager
 

Série archivée ("Flux inactif" status)

When? This feed was archived on July 02, 2021 09:08 (26d ago). Last successful fetch was on May 31, 2021 08:06 (2M ago)

Why? Flux inactif status. Nos serveurs ont été incapables de récupérer un flux de podcast valide pour une période prolongée.

What now? You might be able to find a more up-to-date version using the search function. This series will no longer be checked for updates. If you believe this to be in error, please check if the publisher's feed link below is valid and contact support to request the feed be restored or if you have any other concerns about this.

Manage episode 293755699 series 1390240
Par Radio Notre Dame, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

(Réagissant au nouveau coup d’Etat intervenu au Mali en pleine pagaille, le Président de la République a déclaré qu’il déciderait du retrait des troupes françaises si le pays allait au bout de la tentation caressée par beaucoup : l’islamisme radical. De tous les motifs en faveur du retrait, c’est le plus percutant.)

Et de deux, deux coups d’Etat au Mali avec le même chef d’orchestre : le colonel Assimi Goïta. Cette fois, la Cour constitutionnelle l’a reconnu comme le nouveau président de la Transition. Nos confrères du Journal du Dimanche ont recueilli la réaction du président Macron. En substance, si le Mali versait dans l’islamisme radical, le chef de l’Etat déciderait du retrait des troupes françaises.

Mais qui a dit le premier ? « La France n’a pas vocation à rester au Mali. Ce sont les Africains et les Maliens eux-mêmes qui doivent être les garants de la sécurité, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de ce pays. » Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, sous la présidence de François Hollande. C’était le 5 février 2013, à peine quatre semaines après le début de l’intervention française au Mali. Laurent Fabius annonçait le retrait des troupes à partir de mars.

Huit ans ont passé. Aujourd’hui, la situation n’a jamais été plus incertaine. Le président Emmanuel Macron serait fondé à opérer le retrait. Car la France affronte tous les vents contraires à la fois : le sentiment anti-français, l’absence de légitimité démocratique consécutive à deux coups d’Etat, la mésentente autour de la transition, le double-jeu des notables maliens favorables à l’instauration d’un régime islamique, prêts à pactiser avec les « terroristes ». La solution militaire qui exigerait de contrôler cinq millions de kilomètres carrés est hors de portée, de l’armée malienne, des forces des Nations-Unies et des cinq mille hommes de Barkhane.

Au cours des opérations cinquante-cinq soldats français ont perdu la vie. Leur sacrifice, on l’a justifié en invoquant la nécessité de stabiliser le Mali et d’assurer la sécurité sur le territoire national. Ces buts de guerre ne sont pas atteints. Ils ne peuvent pas l’être.

On entend dire que le retrait des troupes françaises ferait basculer le Mali, le Burkina-Faso et le Niger, dans un chaos digne de la Somalie. Mais la coalition européo-sahélienne n’a jamais vu le jour, sinon à échelle anecdotique. Dans le même temps, et contradictoirement, en un sens, il faudrait s’attendre à ce que la Russie, la Turquie, la Chine, en profitent pour prendre position. On leur souhaitera bien du courage. Moscou, Ankara et Pékin pâtiront à leur tour double-jeu ; tôt ou tard surgiront des sentiments anti-russe, anti-turc ou anti-chinois. Laurent Fabius s’était mépris en annonçant le retrait pour mars 2013. En revanche, il a eu raison de le rappeler : « Ce sont les Africains et les Maliens eux-mêmes qui doivent être les garants de la sécurité, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de ce pays. »

772 episodes