26 mai 2021 : A quelques jours d’intervalle, une jeune fille et un jeune homme ont été poignardés à mort par deux adolescents. Comment en sont-ils arrivés là ?

 
Partager
 

Série archivée ("Flux inactif" status)

When? This feed was archived on July 02, 2021 09:08 (22d ago). Last successful fetch was on May 31, 2021 08:06 (2M ago)

Why? Flux inactif status. Nos serveurs ont été incapables de récupérer un flux de podcast valide pour une période prolongée.

What now? You might be able to find a more up-to-date version using the search function. This series will no longer be checked for updates. If you believe this to be in error, please check if the publisher's feed link below is valid and contact support to request the feed be restored or if you have any other concerns about this.

Manage episode 293377947 series 1390240
Par Radio Notre Dame, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Pour les parents, la douleur et le deuil. Pour les parents des meurtriers, l’humiliation et la honte. Pour tous les parents, la conduite exemplaire d’Odile Gentil, la mère de Marjorie, 17 ans, tuée à Ivry-sur-Seine par un garçon de 14 ans. Quatre jours plus tard, Matteo, 17 ans, était poignardé à Champigny-sur-Marne par un gamin de 16 ans.

Dans le cas de Marjorie, on connaît les circonstances. La jeune fille voulait dissuader le jeune Alvin de se moquer de sa petite sœur Adelina. Marjorie ignorait qu’il se présenterait armé d’un couteau.

Dans la France d’avant, les parents s’autorisaient parfois à gifler et à fesser leurs gosses coupables de sévères bêtises. Dans la France d’aujourd’hui, depuis la loi de 2018, ce type de châtiment est prohibé. Dans la France d’aujourd’hui, des enfants vont au-delà de la gifle et de la fessée ; certains portent des coups aux conséquences irréparables.

Dans la France d’avant, un garçon ne frappait pas une fille, au plus il parait les coups. Dans la France d’aujourd’hui, on frappe les filles, les femmes, les vieillards et on piétine à cinq ou dix un homme à terre. Au nom du respect intimé à l’autre, on violente sans honneur.

Dans le drame d’Ivry, l’honneur est du côté d’Odile Gentil, la mère de Marjorie, immolée sur l’autel de l’amour-propre du jeune Alvin. La susceptibilité est reine, la réflexion et la mesure, c’est bon pour les faibles…

Dimanche, nous fêterons les mères en songeant à Odile, et à ses quatre autres enfants. Nous prierons Notre-Dame des Sept douleurs, qui a vu périr son Fils, l’a recueilli à la descente de Croix, a assisté à sa mise au tombeau.

« Prenez vos responsabilités, a lancé la mère de Marjorie lors de la « marche jaune ». C’est à nous de faire l’éducation de nos enfants. On dirait qu’aujourd’hui certains parents baissent les bras (…) J’ai cinq enfants (…) J’ai toujours essayé de leur inculquer des valeurs strictes : les études d’abord (…) Ce n’est ni à l’Education de s’occuper de vos enfants, ni à la Justice. La racine c’est d’abord à la maison. »

Le foyer, ce n’est pas les réseaux sociaux où circule tant d’agressivité qu’il serait judicieux de parler de réseaux antisociaux. Maintenant, il est vrai que l’agressivité est aussi le fait des adultes. Qu’un député frappe un responsable politique, c’est indigne. Que le chef d’un parti politique méprise des journalistes, « Jette-moi ça ! » comme l’a dit l’Insoumis, c’est déplacé. Mme Odile Gentil est le contre-exemple qu’il faut opposer. Pour sa dignité, son sang-froid, sa franchise et son courage.

772 episodes