20 mai 2021 : Au lendemain du rassemblement des policiers devant l’Assemblée nationale, qu’est-il permis d’attendre de la Justice ?

 
Partager
 

Série archivée ("Flux inactif" status)

When? This feed was archived on July 02, 2021 09:08 (26d ago). Last successful fetch was on May 31, 2021 08:06 (2M ago)

Why? Flux inactif status. Nos serveurs ont été incapables de récupérer un flux de podcast valide pour une période prolongée.

What now? You might be able to find a more up-to-date version using the search function. This series will no longer be checked for updates. If you believe this to be in error, please check if the publisher's feed link below is valid and contact support to request the feed be restored or if you have any other concerns about this.

Manage episode 292952856 series 1390240
Par Radio Notre Dame, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Quelle suite sera apportée au rassemblement d’hier au pied de l’Assemblée nationale, voulu par les syndicats de policiers en hommage au brigadier Eric Masson abattu le 5 mai à Avignon ? Deux sons de cloche dominent. Le premier est d’ordre matériel : on réclame davantage de moyens matériels et d’effectifs pour la police et la magistrature. Notons que leurs budgets respectifs sont déjà en progression.

Le second son de cloche est politique. Avec en arrière-plan la spirale de l’ensauvagement, l’escalade de la délinquance parmi les mineurs, le boom des violences qui frappent les forces de l’ordre : en hausse de 40 % ces dernières années, la banalisation du sentiment de l’impunité acquise. Le justiciable condamné à un an de prison ferme ne purge pas sa peine.

Naguère, le quidam était enclin à craindre la police, celle de la route en particulier, davantage que la racaille. De nos jours, on craint plus la racaille que la police, d’autant plus que, désarmée d’avance à l’idée d’être suspectée d’abuser de son pouvoir, la police se trouve plus fréquemment à la merci de la racaille.

Fabien Van-hemel-ryck, le secrétaire général d’Alliance Police, le premier syndicat de police, ne pouvait se montrer plus éloquent en indiquant quels verdicts bénins ont châtié les auteurs, majeurs et mineurs, de ce type de violence. Il n’est pas dit qu’un stage de citoyenneté suffise à dé-sen-sauvager qui que ce soit. « Les magistrats rendent la justice au nom du peuple français, s’est écrié Fabien Van-hemel-ryck. Il serait grand temps qu’ils la rendent au bénéfice du peuple français. »

Cette mise en cause ne gêne pas Eric Dupont-Moretti. Elle l’autorise à mettre en sourdine son personnage d’avocat de choc pour faire corps avec le personnage du magistrat. Déclamer les milliers d’années d’emprisonnement prononcées par l’institution judiciaire, à quoi bon ? Déclarer que « Police et Justice sont dans la même barque républicaine » quand c’est le même équipage qui essuie les coups et les tempêtes, non plus. Appeler à faire respecter la Justice ? Que je sache, la justice en France n’a pas payé le tribut de la justice en Italie, les assassinats de Rosario Livatino, Giovanni Falcone, Paolo Borsellino.

Le minimum qu’on attend de notre magistrature, c’est qu’elle fasse respecter l’article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. »

772 episodes