13 mai 2021 : Paradoxes et promesses de l’Ascension, du « Changer la vie » et du libre débat chez les verts.

 
Partager
 

Fetch error

Hmmm there seems to be a problem fetching this series right now. Last successful fetch was on May 31, 2021 08:06 (17d ago)

What now? This series will be checked again in the next day. If you believe it should be working, please verify the publisher's feed link below is valid and includes actual episode links. You can contact support to request the feed be immediately fetched.

Manage episode 292414044 series 1390240
Par Radio Notre Dame, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

En ce jeudi de l’Ascension, qu’il fasse beau ou gris, que fêtons-nous au juste ? Car enfin et de prime abord comment les Chrétiens peuvent-ils se réjouir d’un événement aussi spectaculaire et aussi surnaturel ? – Jésus « enlevé au ciel », c’est Jésus « enlevé » tout court. On commémore un départ, on ne fête pas une séparation, on ne célèbre pas le vide causé par une disparition. Car il y a toujours une angoisse d’être physiquement séparé de celles et ceux qui nous sont chers.

L’Ascension nous fait signe, cependant. Quel aspect de l’actualité, quel épisode du spectacle d’en bas, paradoxal, puis-je tirer vers le haut ?

Paradoxal, le 40e anniversaire du 10 mai 1981. Il n’a pas eu l’écho attendu. Commémoration timide entre élus socialistes au Creusot. Personne n’a chanté un couplet de l’hymne du Parti socialiste : « France socialiste puisque tu existes / Tout devient possible ici et maintenant. » Aussi entraînant qu’un chant scout. Musique de Theodorakis, condamné depuis au banc d’infamie pour des propos antisémites. Paroles d’Herbert Pagani, juif né en Lybie : disparu à 44 ans en 1988, le dérapage de Theodorakis l’aura fait se retourner dans sa tombe à Tel Aviv, lui qu’indignait l’amalgame sionisme-racisme.

Paradoxale, la confusion qui règne au sein d’Europe-Ecologie-Les-Verts à propos de la ligne ferroviaire Lyon-Turin. Ce projet pharaonique en termes de travaux et de coûts remonte à 1991. Il a reçu le soutien de l’UE en 1994. A l’origine, les écolos l’avaient bien accueilli. Avant d’en contester haut et fort la validité à partir de 2012. Or voilà que leur commission Transports et Mobilités vient de rendre un rapport aux conclusions favorables. Ce chantier qui a pour horizon une mise en service en 2030 est désormais jugé, je cite, « nécessaire ». 85% du trafic entre Lyon et Turin se fait par la route. Demain, le fret ferroviaire épargnerait des centaines de tonnes de C02 et, sur une année, le passage d’un million de poids-lourds. Le texte des experts a été consultable sur le site d’EELV quelques jours. Il a été supprimé depuis, inhumé provisoirement ou définitivement, on ne sait.

On fête l’Ascension en se remémorant la parole de Jésus, « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps » ; on ne se réjouit pas de la dissension, pas plus de la dissension ouverte que de la dissension cachée.

772 episodes