#2 Mettre le monde à nu : rencontre avec Romain SLOCOMBE - écrivain, réalisateur, traducteur, illustrateur

1:03:35
 
Partager
 

Manage episode 293811667 series 2914057
Par François-Xavier ROBERT, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Romain SLOCOMBE aime le roman noir. Il prône une forme de sobriété dans le style, alliée à un grand souffle historique, à un sens du mystère et à une capacité très développée à absorber une variété d’informations et à les faire vivre pour nous, ses lecteurs. Rencontre !
EXTRAITS
“Les monstres et les serial killers m’énervent presque autant que les gentils héros, parce que c’est assez peu courant ! On n’a pas besoin de serial killer pour écrire un roman noir. L’histoire, la vie, la société humaine regorgent de suffisamment d’horreurs sans qu’on ait besoin de tueurs à répétition.”

“Mes personnages sont comme des acteurs que je fais improviser devant la caméra pendant le tournage, mais qui ont un petit bout de papier où on leur a écrit grosso modo ce qu’ils devaient dire...”

“Un des trucs que j’emploie, c’est de ne jamais décrire précisément quelqu’un ou quelque chose que tout le monde connaît...Par contre, si c’est quelque chose que le lecteur ne connaît pas, ne peut pas connaître ou n’a jamais vu, là au contraire, je vais être assez précis dans ma description.”

INTRODUCTION
Romain Slocombe. Comme Chris Marker que vous admirez, et comme les chats que lui-même admirait, vous vivez plusieurs vies !

Au XXe siècle : vous êtes le regardeur, l’artiste visuel.
A la fin des années 70, encore étudiant aux beaux-arts, vous participez au groupe Bazooka, collectif de contre culture, pré punk, avec la volonté de dessiner pour tous et de travailler sur la réalité du monde qui vous entoure, de montrer ce monde, de le mettre à nu. Vous êtes aussi dans l’aventure du magazine Métal Hurlant.
Votre première vie se place sous le signe de l’illustration, de la BD, de la photographie, de la réalisation de courts métrages et de documentaires.
Au XXIe siècle : vous devenez le grand écrivain de roman noir.
On pourrait schématiser ainsi ces vingt dernières années à travers trois de vos personnages récurrents.
Au début des années 2000, c’est le règne de Gilbert Woodbrooke, photographe, fétichiste anglais, parodie de vous-même, que vous accompagnez au long de ses 7 aventures japonaises.
10 ans plus tard, vient le tour de Ralph Exeter, journaliste britannique (cette fois-ci votre modèle serait plutôt votre grand-père). Ce personnage vous aide à revisiter l'entre deux guerres, les services secrets, les bolchéviques et tout ce qui se passait dans l'ombre.
Et enfin aujourd’hui, vous atteignez des sommets avec Léon Sadorski, le pire des salauds, le meilleur des enquêteurs. Il vous permet d’ausculter la Seconde Guerre Mondiale, l’Occupation et de dresser le portrait d'une société sordide.

Chaque roman a son CD attitré que Romain Slocombe écoute tous les soirs en faisant la vaisselle, pendant 9 mois ! Pour le dernier roman qui paraîtra fin août 2021, les deux airs étaient : Insensiblement et Troublant Boléro par Django Reinhardt.

C'est le deuxième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.
Si vous l' avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis et rendez-vous pour le prochain épisode !

À LA TECHNIQUE
Conception et interview : François-Xavier ROBERT
Mixage et création musicale : Julien HAURANT
Musique : "Mélodie hongroise" de Franz SCHUBERT, guitare classique et guzheng en intro ; arrangement électro en conclusion
Courtes citations musicales : “Insensiblement” et “Troublant Boléro” par Django Reinhardt
Extraits de : la bande annonce du film “Le facteur sonne toujours deux fois” de Bob Rafelson, 1981 ; “Le langage, c'était mieux avant ?” Archive INA de 1981 avec Alphonse Boudard récitant du François Villon
Bruitage : pistolet-mitrailleur britannique Sten

16 episodes