Un tsunami provoqué par un astéroïde (FdS#33)

5:06
 
Partager
 

Manage episode 298143346 series 45682
Par Futura, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Pour cette semaine du 19 juillet : un astéroïde qui cause un tsunami, une gigantesque comète, des morts chez les vaccinés, 20 ans avant le déclin de l'humanité, et concours de fusée chez les milliardaires. Bonne écoute, et bon week-end !


👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️


Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans Fil de Science, le podcast Futura où nous retraçons l’actualité de la semaine.

Aussi puissant fut-il, l’astéroïde responsable de la disparition des dinosaures n’était certainement pas le plus discret des meurtriers. 66 millions d’années après l’impact fatal, les fonds océaniques portent encore les traces de ses méfaits, comme une traînée de preuves laissées derrière lui par un criminel par très expérimenté. En 2018, des scientifiques avaient suggéré, sur la base de modélisations informatiques, que l’impact de l’astéroïde avec la Terre aurait entraîné un gigantesque tsunami, générant notamment une lame particulièrement redoutable de plus d’un kilomètre et demi de haut. Aujourd’hui, une nouvelle étude apporte la première preuve physique de ce cataclysme, avec la découverte de gigantesques rides au fond de l’océan où s'est formé ce tsunami. Ces lignes ondulées, dissimulées sous les sédiments de l’actuelle Louisiane, ont été enregistrées par des sondages sismiques d'une compagnie pétrolière opérant dans la région. Espacées d'un kilomètre et mesurant en moyenne plus de 16 mètres de haut, ces marques sont les plus profondes jamais enregistrées sur Terre, et témoignent de la puissance titanesque de l’impact de l’astéroïde de Chicxulub, le meurtrier le moins discret de l’Histoire, mais certainement le plus dévastateur que le vivant ait jamais connu.

La plus grande comète de tous les temps s’est réveillée. Les astronomes ont récemment découvert dans les confins de notre Système solaire une gigantesque comète, baptisée C/2014 UN271, ou Bernardinelli-Bernstein de son petit nom. Grâce aux appareils du Réseau mondial de télescopes de l’Observatoire de Las Cumbres, les chercheurs ont pu en contempler la chevelure et confirmer que celle-ci était bien active, mais également estimer son diamètre à plus de 100 kilosètres, soit trois fois celui de la comète Hale-Bopp. Ces proportions imposantes en font les plus grande comète jamais observée par les chercheurs ; une comète invisible à l’œil nu depuis la Terre, mais qui nous indique une fois de plus que le bestiaire spatial est bien plus vaste que ce que nous en connaissons à ce jour.

Attention aux erreurs d’interprétation. Une étude britannique menée entre le 1er février et le 21 juin suggère que plus de personnes vaccinées seraient mortes de la Covid que de personnes non vaccinées. Une information alarmante lorsqu’elle est prise à l’état brut, mais qui s’explique aisément par le fait que les personnes âgées, représentant une part importante des vaccinés, restent les personnes les plus vulnérables face à la maladie. Si le vaccin réduit drastiquement le risque de contracter une forme grave de la Covid ou d’en mourir, la probabilité reste non nulle, en particulier pour ces populations fragiles. À mesure que la campagne de vaccination progresse, il deviendra donc normal que la proportion de personnes vaccinées mourant de la Covid devienne majoritaire, face aux non-vaccinés, dont, espérons-le, les effectifs continueront de réduire. Pour mieux comprendre les statistiques de la Covid et leurs implications quant à l’efficacité du vaccin, je vous invite à écouter notre dernier épisode du Covipod, la chronique quinzomadaire de Futura qui fait le tour de l’actualité de la pandémie.

L’humanité irait-elle droit dans le mur ? C’est ce que suggérait une étude publiée dans les années 70 par le MIT, aujourd’hui corroborée par de nouvelles données issues d’Harvard. Si l’on en croit les modélisations réalisées par la chercheuse Gaya Herrington, notre civilisation atteindrait son apogée en 2040 avant de connaître un déclin radical, démographique, économique et industriel, accompagné par un disponibilité moindre des ressources naturelles et alimentaires. Tout n’est pas perdu pour l’humanité, mais les chercheurs soulignent que pour éviter la catastrophe, nous devrons revoir nos priorités et accepter une réduction de la croissance économique dès à présent. Un objectif utopique, mais le seul qui nous permettra d’éviter de tomber dans la dystopie d’ici 20 ans.

Et enfin pour finir, concours de qui a la plus grosse fusée chez les milliardaires de ce monde. Après le vol de Richard Branson chez Virgin Galactic, c’est Jeff Bezos qui s’est envoyé dans l’espace mardi dernier à bord du vaisseau New Shepard. Un vol dont la poésie déjà douteuse a été définitivement piétinée lorsque le chef d’entreprise a remercié les clients et les employés d’Amazon pour avoir payé sa virée spatiale. Dans ce scénario digne d’un Docteur Folamour moderne, on se demande bien ce que nous réservent les prochaines années. Les images du vol de Jeff Bezos et nos autres actualités sont à découvrir sur Futura, bien entendu.

Pour ne rien manquer de l’actualité scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science et à nos autres podcasts. Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas le poster sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FuturaPod, et laissez-nous une note sur vos applications audio préférées. On se retrouve vendredi prochain à 18h30, avec toujours plus de nouveautés scientifiques. Bon week-end à tous !


Crédits :

Musique : Patricia Chaylade

Texte et voix : Emma Hollen



Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

288 episodes