La semaine de - Des modèles qui vous ressemblent…

4:11
 
Partager
 

Manage episode 301538643 series 1281872
Par France Médias Monde, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
Les désillusions que connaît le peuple afghan devraient être, pour les peuples africains, une édifiante source de réflexion. Où l’on mesure ce qu’il coûte de laisser d’autres décider à votre place de ce qui peut faire le bonheur de votre peuple. Andréane Meslard : Pourquoi donc revenir, dans cet éditorial consacré à l’Afrique, sur la fin chaotique de la présence américaine en Afghanistan, alors que l’actualité africaine est si riche ? Seriez-vous inquiet, vous aussi, de ce qu’il adviendrait des Etats sahéliens touchés par le terrorisme, lorsque les forces françaises s’en seront allées ? Pour être important, cet aspect des réalités n’en demeure pas moins secondaire, au regard des leçons que l’Afrique devrait tirer de l’échec des Etats-Unis, sinon de l’Occident, en Afghanistan. Après vingt coûteuses années passées à tenter d’imposer à ce peuple leur vision de la démocratie, sinon de la civilisation, les Occidentaux l’abandonnent à son sort, d’autant plus triste que ces « bienfaiteurs » avaient fini par créer, chez nombre d’Afghans, l’illusion d’un état de bonheur permanent. Voilà ce qui arrive, lorsque l’on croit trop à ce que d’autres estiment être bon pour votre peuple. Des dizaines de milliers de morts, tant de milliers de milliards de dollars et, pour finir, cet affligeant spectacle de personnes s’accrochant désespérément aux ailes d’avions en piste pour le décollage ! Quel paradis voudrait-on atteindre au prix de tels risques, avec de telles images, que même Hollywood n’aurait pas su imaginer ? Derrière eux, les Occidentaux ne laissent ni Etat ni gouvernement, et même pas un soupçon d’âme d’une nation… Et les contorsions du président Biden ne suffiront pas à persuader les Américains du bonheur d’avoir perdu. Quelles leçons l’Afrique doit-elle tirer de tout cela ? Une multitude. La toute première étant qu’aucun peuple n’est plus qualifié que lui-même pour résoudre ses propres problèmes. Si vous ne donnez pas l’impression d’avoir perdu vos repères, et d’être perdus par rapport à ce que vous êtes, aucune nation étrangère, si puissante soit-elle, n’oserait vous imposer ce qu’elle estime être bon pour vous, ou faire votre bonheur, à votre place. Bien des peuples, en Afrique, savent inspirer le respect, et imposent le respect aux grandes puissances et autres nations. Ainsi, jamais aucune nation, aucune ancienne puissance colonisatrice n’oserait faire aux Ghanéens des reproches sur ce qu’ils ne font pas bien, ou sur ce qu’ils devraient faire de leur destin. Parce que les Ghanéens savent où ils vont, et n’ont besoin de personne pour leur indiquer ce qui est bien pour eux, et où se situent les intérêts de leur peuple. Dans un autre registre, un pays comme le Rwanda, sur lequel il y aurait tant à dire, au regard des normes que dictent les maîtres du monde en matière de droits de l’homme comme de démocratie, c’est un silence gêné que l’on observe, tout au plus, lorsqu’il est en cause. En raison du respect qu’il impose, sur d’autres plans. Pour troublant que cela puisse être aux yeux de nombre d’Africains, les performances du Rwanda en matière de développement économique sont souvent avancées comme autant de circonstances atténuantes, pour relativiser les défaillances démocratiques ou les atteintes aux droits de l’homme. Alors, suffisait-il de se contenter de réussir dans un domaine, pour recueillir des palmes ? C’est, justement, à dessein que nous citons le Ghana avant le Rwanda. Au pays de Kwame Nkrumah et de J.J. Rawlings, la réussite repose sur les deux piliers. C’est, du reste, ce qui lui vaut d’être un modèle. Et, plus que jamais, l’Afrique qui inspirera le respect sera celle qui croit en elle-même et s’applique à bâtir des modèles qui lui ressemblent, ne prenant chez les autres que ce qu’ils ont de meilleur. C’est ce que réussit le Ghana, comme le Botswana, et quelques autres. Mais, trouver son modèle ne signifie pas laisser quelque autocrate se saisir de ce désir d’authenticité comme d’un slogan, pour faire valoir que subir son joug ferait partie du destin de son peuple…

330 episodes