La semaine de - Des dirigeants dignes du football africain

3:48
 
Partager
 

Manage episode 295355977 series 1281872
Par France Médias Monde, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
Pourquoi donc les ministres et autres responsables de fédérations chargés de l'encadrement des disciplines sportives, en particulier du football, en Afrique, ont-ils tant de mal à accepter que les joueurs les rappellent, quand il le faut, à leurs devoirs ? C’est un fils du pays qui revient sur sa terre natale, pour se rendre utile. Et on peut dire que jusqu’ici, il s'y est plutôt bien pris. Sa franchise, par contre, lui vaut par moments des inimitiés. Et pourtant, vous estimez, Jean-Baptiste Placca, qu’il n’a pas tort, et que ce sont plutôt ceux qui l’accusent qui devraient se remettre en cause. Pourquoi, selon vous, a-t-il raison de dénoncer ? C’est après avoir affronté la Zambie, première des deux rencontres amicales de l’équipe nationale, que Sadio Mané, l’ailier sénégalais de Liverpool, a déploré l’état très moyen de la pelouse du Stade Lat Dior de Thiès et surtout, la coupure de courant qui a plongé le vestiaire dans le noir et obligé les joueurs à attendre pour reprendre le match quarante-cinq minutes, au lieu du quart d’heure réglementaire. Me Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football, tout en prétendant accepter les critiques pour avancer, a rétorqué que l’on n’était pas à Liverpool, Manchester City, Chelsea ou Naples. Le footballeur n’a pas dit que cette pelouse ou la coupure d’électricité portaient atteinte à son prestige de grand joueur. Non, il a dit qu’une pelouse dans l’état de ce que proposait le Stade Lat Dior n’est pas à la hauteur du rang du Sénégal, « nation de football ». Le ministre a rappelé que le chef de l’État est en train de doter le pays d’un stade digne de ce nom... Ce qui est une façon de politiser le débat. Comme si ces critiques visaient le président Macky Sall. Qu’a donc à voir « la construction d’un magnifique stade » par le chef de l’État avec le mauvais état de la pelouse du stade Lat Dior de Thiès ou la coupure de courant durant le match ? C’est là un grand classique d’opportunisme chez les politiciens : mêler le chef de l’État aux critiques qui pointent leurs insuffisances particulières, sinon leur incompétence. Ainsi, cela détourne l’attention. Les rues de la capitale manquent-elles de propreté ? Aussitôt qu'on le déplore, le maire s’empresse de faire croire que c’est une attaque qui vise personnellement le président de la République. Penser qu’en politisant son incompétence, on se préserve des conséquences des critiques. Mais Macky Sall leur a coupé l’herbe sous le pied en recevant Sadio Mané. Il a ainsi enlevé à ses détracteurs leurs derniers arguments et même consacré le patriote qu’il est, puisque l’un des principaux sujets discutés lors de cette audience portait sur un hôpital que Sadio Mané achève de construire dans son village natal, et pour lequel il voudrait voir l’État prendre en charge le personnel. Le président Macky Sall sait, mieux que son ministre et le président de la Fédération, ce que Sadio Mané apporte au Sénégal. Le ministre a néanmoins rappelé à Sadio Mané qu’il a connu ces conditions, et qu'il devrait donc comprendre « les réalités locales »... Chacun peut rappeler à l’autre ses origines pour lui faire accepter ce qui est aujourd’hui inacceptable. Ce n’est d'ailleurs pas très élégant. Il est des ministres qui ont marché pieds nus jusqu’à l’âge de 15 ans. Accepteraient-ils de devoir aujourd’hui faire cent mètres - seulement cent mètres - pieds nus ? Il en est qui sont allés à pied à l’école, sur des dizaines de kilomètres, sous le soleil. Comment réagiraient-ils si, à un kilomètre du stade, leur chauffeur leur disait qu’il y a une panne, et qu’ils vont devoir terminer le trajet à pied ? Ou même une panne de climatisation dans le véhicule, qui leur imposerait de transpirer une dizaine de minutes dans la chaleur ?

325 episodes