La Ligue Des Albums Incompris (Ep.51) // 28.09.16

 
Partager
 

Manage episode 199653462 series 2100249
Par Radio Campus Paris, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
Il y a bien longtemps, dans un pays lointain, très lointain et froid, très froid (on parle de la Norvège là, les gusses), des guitares ont réchauffé l’atmosphère.Je sais pas comment vous visualisez les années 80 (oh, vous allez pas jouer les étonnés !), mais elles ont été le berceau d’une esthétique du metal aujourd’hui disparue, oubliée, et dirais-je incomprise que j’aurais raison. L’héritage glam rock des ‘70s, la maturité du hard et la naissance explosive du trash metal, puis la culture du metal FM : les années 80 ont vues s’épanouir un genre de rock très chevelu, hystérique, un metal s’autorisant tout, où la figure androgyne du glam rock british n’était qu’un très réservé galon d’essai, à côté de l’excentricité débauchée de Motley Crüe par exemple (c’est bien Lemmy de Motörhead qui a confondu le groupe avec des prostituées de loin, un soir !). Ce metal, peut-être le meilleur, le plus grand, le plus libre, le plus riche que l’histoire n’ait jamais engendrée, a été brûlé en place publique dès le tournant des années 90. Dès 1991, la déferlante du grunge, appuyée par l’influence du genre stoner, viendra balayer tout ce beau monde et ce qui survivra de ce metal ne sera qu’une illusion lissée pour le monde du mainstream, ou de la musique de fan service.Triste? Ben oui, je vous ai bien prévenu à plusieurs reprises que les années 80 étaient les meilleures ! On en vient donc à la fin des années 80. Après s’être formé en 1988, les Electric Boys ont publié ce qu’il conviendrait d’appeler un pamphlet de la musique : Funk-O-Metal Carpet Ride. Le titre de l’album? Un statement à lui tout seul ! Et regardez-moi cette photo de couverture. L’esprit du psychédélique funk metal est posé. Vous vous rendez compte que vous n’avez jamais lu ces trois mots accolés, c’est normal. Sorti en 1989, cet album est la quintessence d’un genre que le groupe créé et ne pourra pas tenir (si vous avez pas compris pourquoi je peux rien faire pour vous, relisez le paragraphe précédent).Cet incompris, oublié, rangé depuis longtemps dans les rayons bizarreries, je suis retombé dessus par hasard un soir, au fin fond d’un bar de Los Angeles. Vous voulez savoir comment, et en profiter pour en savoir un peu plus sur les Electric Boys? Le podcast vous attend ! https://youtu.be/QMzZBa6uPdE

88 episodes