03 MAI 2021

3:56
 
Partager
 

Manage episode 291665467 series 2438537
Par AZUR FM, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Sujets traités :

  • Candidate des territoires et de la proximité. Brigitte Klinkert, actuelle ministre déléguée en charge de l'insertion a annoncé vendredi qu'elle se présentait pour les élections du grand est. Soutenue par le gouvernement, sa liste doit englober des personnes situées à gauche, au centre et à droite de l'échiquier politique sans oublier d'y intégrer des écologistes. Une candidature d'union, pour fédérer les acteurs du territoire et leur offrir une plus grande décentralisation qu'aujourd'hui, leur donner plus de pouvoirs pour sortir de la crise. Pour ce faire, elle compte sur des aides européennes pour la relance du territoire. En étant élue, cette mauvaise passée une fois passée, elle aimerait organiser une conférence citoyenne rassemblant des élus, des acteurs de terrain mais également des citoyens pour travailler sur l'avenir de cette grande région et sa gouvernance.

  • On prend les mêmes et on recommence. Dans le même temps, Brigitte Klinkert a annoncé se représenter aux élections départementales avec son binôme, Éric Straumann, le maire de Colmar et vice-président de la collectivité européenne d'alsace. Un tandem en place sur le second canton colmarien depuis 2012. Une candidature qui ne sera pas finalement remise en question par celle de la ministre Brigitte Klinkert aux régionales, avec une liste renaissance soutenue par la république en marche. Une nouvelle que certains cadres des républicains alsaciens n'ont pas forcément appréciée, qu'importe pour Eric Straumann, pour lui, ce tandem est une alliance de conviction. Objectif toujours affiché, la sortie du grand est.

  • Rottner soutenu par l'UDI et les républicains. Les deux partis politiques, qui s'allient habituellement lors des différents scrutins, l'ont récemment annoncé, bien que Jean Rottner, l'actuel président du grand est n'ait toujours pas officialisé sa candidature. Pour les républicains, une seule exigence via ce soutien, qu'il fasse davantage confiance aux acteurs du territoire en leur transmettant certaines compétences publiques pour plus décentraliser en donc gérer au plus proche.

  • Lui en revanche, n'y retournera pas. Olivier Sohler, le maire de Scherwiller, président de la comcom de Sélestat et suppléant au conseil départemental de Marcel Bauer depuis 2015, a déclaré vendredi dernier ne pas se présenter pour les départementales prévues en même temps que le scrutin régional, soit les 20 et 27 juin prochain. Face à de multiples candidatures de personnes du centre et de la droite, il refuse de se présenter car estime que cela ferait les affaires des extrêmes en perturbant cette élection locale. Bien qu'il ne se présente pas, Olivier Sohler a également affirmé qu'il ne prendrait pas position pour soutenir un autre candidat.

  • Plusieurs manifestations ce samedi en Alsace à l'occasion du 1er mai, fête du travail. Après une année 2020 sans ce traditionnel rassemblement en raison de la situation sanitaire, les syndicats étaient de retour sur le pavé. A Strasbourg, 1 300 personnes ont déambulé dans les rues du centre-ville. Dans le cortège, la CGT était majoritaire bien que d'autres groupes soient aussi présents. Une trentaine de salariés de l'usine Knorr de Duppigheim, menacée de fermeture d'ici la fin de l'année ont fait le déplacement. Des militants écologistes étaient aussi présents, tout comme certains partis politiques, tels qu'europe ecologie les verts, la France insoumise, ou encore des communistes.

  • A Colmar, entre 150 et 200 personnes se sont retrouvées en début d'après-midi devant l'hopital pasteur pour ensuite se diriger vers la préfecture. Cette manifestation, convergence des luttes, a rassemblé des militants de la CGT, des gilets jaunes, des écologistes, des antifascistes et autres sympathisants de la gauche. A Mulhouse 500 manifestants ont battu le pavé.

  • Une ouverture réussie. A peine opérationnel, le vaccinodrome installé à Strasbourg dans l'hôtel du département depuis hier est déjà complet. Suite à la réception de vaccins supplémentaires, le site a pu ouvrir plus tôt que prévu. Entièrement géré par les pompiers bas-rhinois, sous l'autorité de la préfecture et de l'ARS, ce centre peut actuellement vacciner jusqu'à 1 000 personnes par jours. Mais ses créneaux de réservation, ouverts jusqu'à demain soir, sont déjà complets depuis hier. Si d'autres vaccins devaient arriver, il se pourrait que ce centre rouvre quelques jours avant sa mise en fonction permanente, prévue au plus tard courant juin. A terme, 2 000 personnes pourront y être vaccinées chaque jour jusqu'à la fin de l'été.

614 episodes