Jardin d'émigration : le bijou du fort Saint-Jean

25:44
 
Partager
 

Manage episode 291841654 series 2919575
Par Dialogue RCF, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Depuis plus d'un an les musées n'ont pas pu rouvrir leurs portes au public. À Marseille le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, implanté en plein coeur de la ville, ne peut plus accueillir ses visiteurs qu'à l'extérieur.

De nombreux Marseillais ont ainsi pu (re)découvrir le jardin des migrations, accroché aux parois du Fort Saint-Jean. Ce fort militaire, classé monument historique par décret depuis 1964 et héritier de la commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, offre une vue imprenable sur le port de Marseille et l'archipel du Frioul.

Les visiteurs sont invités à flâner au milieu de toutes les plantes qui poussent sous un climat méditerranéen. Petit piège, si l'on ne se sent pas dépaysés face à un romarin ou un laurier, certaines plantes ne sont absolument pas originaires du bassin méditerranéen. Et c'est tout le but de ce jardin des migrations, qui questionne ce que l'on appelle "local" et ce que l'on peut considérer comme "représentatif" d'une région.

Les "migrations" évoquent les brassages culturels, en l'abordant par le mouvement des plantes d'un environnement à un autre - une métaphore cependant limitée entre humains et plantes puisque l'introduction de nouvelles plantes perturbe, et peut fragiliser, les écosystèmes endémiques.

Grâce à l'éthnobotanie, discipline scientifique mêlant étude des civilisations et botanique, les équipes du Mucem peuvent retracer pour les visiteurs l'évolution des utilisations des plantes par les populations du bassin méditerranéen et leurs interactions avec leur environnement.

C'est aussi l'occasion d'en apprendre plus sur le cycle particulier de ces plantes qui, contraintes par des conditions météorologiques extrêmes, doivent rivaliser d'inventivité pour survivre. En plein été les plantes du Fort Saint-Jean ne sont pas les plus verdoyantes mais sont pourtant les mieux adaptées à notre climat comme l'explique la responsable du site.

En attendant la réouverture du musée des civlisations c'est la flore qui se prête au jeu de l'exposition, pour le plus grand plaisir des Marseillais et des touristes.

27 episodes