Club Critique – 25 novembre 2020

Partager
 

Manage series 1319434
Par CHYZ 94,3 and Club Critique – 25 novembre 2020, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
Mamalarky - Mamalaraky (Émilie Rioux) Mamalarky est une drôle de créature musicale qui donne à la fois dans les explorations jazz les plus éclatées (Singalong) que dans les pièces low-fi décontractées et planantes (Cosine, You Make Me Smile). Malgré tout, c’est dans les hymnes pop-rock décadents que le quatuor américain excelle, frappant l’oreille de plein fouet avec des guitares abrasives en contraste avec les voix féminines délicates qui enveloppent les chansons. Cette première galette donne le coup d’envoi d’une belle carrière potentielle pour Mamalarky, rois et reines du bricolage psychédélique aux couleurs hippies. 8/10 Abelaïd - Les Coeurs du Mal (Gabriel Tremblay) Abelaïd c’est l’alter-ego, pas très rigolo de Adib Alkhalidey. D’ailleurs, Abelaïd est un anagramme à partir des lettres de son nom. Sur ce premier jet musical, l’humoriste montréalais d’origine irako-marocaine nous raconte ses histoires les plus sombres, tout en restant à la surface. Malgré les paroles touchantes et viscérales, on retrouve très peu de références géographiques et d’explications profondes de ses récits. Sur Les cœurs du Mal, Adib dépose sa poésie tranchante (tel un recueil) sur une trame électro-pop ambiante, alors que l'inspiration de la chanson française est indéniable. Sans crier gare, mais en criant sa tristesse sur cet album-là, Adib Alkhalidey a étonné le paysage musical québécois, c’est le moins qu’on puisse dire. 6.5/10 King Gizzard & the Lizard Wizard - K.G. (Mathieu Gagnon) Après une phase exploratoire aiguë, la troupe de King Gizzard and the Lizard Wizard livre avec K.G. une seizième offrande studio qui constitue un certain retour aux sources. Sans pour autant lésiner sur les idées originales au niveau de la production et des instrumentations, ce nouvel album cristallise avec brio l'essence déjantée et hétéroclite du groupe. Un album idéal pour le néophyte de King Gizzard, mais surtout un régal pour l'amateur de longue date. 8.5/10

4471 episodes