Pourquoi parle-t-on d'uchronie ?

2:29
 
Partager
 

Manage episode 318073790 series 116464
Par Louis Guillaume and Choses à Savoir, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

À la différence de l'utopie, qui met en scène un lieu imaginaire, l'uchronie part du passé réel pour bâtir un récit historique alternatif. Ce genre littéraire, qui s'est surtout développé à partir du XIXe siècle, connaît une faveur qui ne se dément pas.


Une autre Histoire


L'essence de l'uchronie pourrait être résumée par la célèbre réflexion de Pascal, qui s'interrogeait sur l'apparence du nez de Cléopâtre. S'il avait été plus court, aurait-il séduit César, puis Marc-Antoine ? Bref tout le cours des temps à venir n'en aurait-il pas été changé ?


Et c'est bien là ce qui intéresse les auteurs de récits uchroniques : prendre pour base un épisode réel de l'Histoire, puis le modifier. Il ne leur reste plus alors qu'à imaginer les conséquences qui découleraient de ce léger changement du passé. L'uchronie, c'est donc un peu l'Histoire telle qu'elle aurait pu être si un événement, aussi infime fût-il, était venu en modifier le cours.


Un genre qui inspire les écrivains


Le premier véritable récit uchronique est dû à la plume inventive d'un certain Louis Napoléon Geoffroy-Château. Dans son roman "Napoléon et la conquête du monde", publié en 1836, il imagine que l'Empereur, engagé dans la campagne de Russie, en 1812, aurait quitté Moscou avant le début du terrible hiver russe.


Préservant ses troupes du désastre, il aurait pu ainsi poursuivre ses conquêtes. Dix ans plus tard, le romancier anglais Nathaniel Hawthorne écrit une nouvelle, "La correspondance de P", dans laquelle le narrateur rencontre des célébrités qui, au moment de l'écriture du récit, sont déjà mortes.


Il croise ainsi un Walter Scott sénile et un Lord Byron qui a perdu toute sa superbe romantique. Et le genre de l'uchronie n'est pas près de s'essouffler. Ainsi, dans un récit paru en 1962, le romancier américain Philip K. Dick postule la victoire de l'Allemagne et du Japon en 1947.


Quant à l'écrivain américain de science-fiction Keith Roberts, il imagine, dans un roman paru en 1968, les conséquences d'une invasion de l'Angleterre, au XVIe siècle, par les vaisseaux de l'Invincible Armada, lancée à l'assaut du pays par l'Espagne de Philippe II.


Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

1733 episodes