Dans quel pays européen est-il interdit d'applaudir ?

2:36
 
Partager
 

Manage episode 334349159 series 116464
Par Louis Guillaume and Choses à Savoir, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Au pouvoir depuis 1994 et réélu pour la sixième fois, en 2020, dans des conditions douteuses, le Président Loukatchenko dirige la Biélorussie d'une main de fer. Parmi les mesures prises par les autorités, pour juguler l'opposition, il en est d'étonnantes, comme l'interdiction d'applaudir.

Des foules silencieuses

Le Président Loukachenko est parfois qualifié de dernier dictateur d'Europe. Et, de fait, il ne fait pas bon s'opposer à son pouvoir. En effet, les citoyens n'ont pas le droit de critiquer le Président et encore moins de s'opposer à ses décisions.

La presse est donc muselée et les prisons sont pleines. Mais, dans son désir d'étouffer dans l'œuf la moindre velléité d'opposition, Viktor Loukachenko va encore plus loin dans les mesures répressives.

Il a en effet décidé d'interdire les applaudissements ! Il ne s'agit pas, de sa part, d'une manifestation inattendue de modestie. Comme tous les dictateurs, ce n'est pas sa qualité dominante.

S'il réprime les applaudissements, c'est qu'ils étaient devenus un moyen insolite de contester le régime. Relayé par les réseaux sociaux, le mot d'ordre avait été donné par des opposants pourchassés par une police omniprésente.

Même si ses discours ne sont plus applaudis, le dictateur préfère encore un peuple silencieux à une foule manifestant, par de bruyants applaudissements, son hostilité au pouvoir en place.

D'autres restrictions

Mais le Président n'a pas seulement interdit les applaudissements en Biélorussie. En proie à la paranoïa qui saisit souvent les potentats, il fait la chasse à tout ce qui peut être interprété comme une manifestation d'opposition à son régime.

Ainsi, les automobilistes n'ont pas le droit d'actionner leur klaxon. En effet, un concert de klaxons peut aussi bien passer pour une manifestation de joie que pour l'expression d'une colère. Pour les mêmes raisons, les musiciens sont bannis des rues des villes biélorusses.

Et ce n'est pas tout. Certaines couleurs sont également proscrites dans l'espace public. C'est le cas du rouge et du blanc, les couleurs de l'opposition, incarnée, depuis l'étranger, par Svetlana Tikhanovskaïa. Il faut même éviter de s'habiller dans ces coloris. Sinon, on risque fort d'être arrêté.

Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

1832 episodes