#35 – « Ces résidences sociales-là, ils ne les veulent pas pour nous »

 
Partager
 

Manage episode 279408453 series 2469552
Par Cause Commune, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

Contexte :

Mr. Silla, Sissoko et Youssouf sont « des résidents », logés / hébergés et pas même locataires, dans des Foyers pour Travailleurs Migrants (FTM) dont certains sont devenus, après travaux de réhabilitation, des résidences sociales. Ce qui signifie plusieurs changements dans les équipements mais pas dans les droits de leurs habitant.e.s…

Plus de trente années pour certains, passées dans des conditions de vie imposées par les gestionnaires tels que CDC habitat, Adoma, Coallia, etc. Ils décrivent ici ces lieux qui, entre internat et prison, sont soumis à des règles très strictes parmi lesquelles l’interdiction de recevoir, et encore moins d’accueillir, un parent, un enfant, un cousin ou un ami, la fermeture ou la suppression pure et simple des espaces collectifs (salles de réunions, cuisines), la confiscation des clefs des issues de secours ou des portes d’ascenseur, et l’absence d’adresse personnelle puisque la mention est celle de l’organisme gestionnaire : par exemple « chez Adoma« , etc .

Ils travaillent, sont dans des situations administratives régulières, payent leurs parts de contributions sociales et fiscales, et pourtant sont espionnés par des personnels des sociétés gestionnaires, surveillés dans leur consommation d’eau (comme d’autres avec les consommations électriques) et suspectés a priori. En outre ils n’ont reçu aucune aide durant les périodes de confinement — pas même de soutien financier comme ont pu en bénéficier des locataires du parc d’habitat social et HLM alors qu’ils payent des ‘redevances’ de 450€ pour un studio. Plusieurs personnes ont reçu des avis d’expulsions, y compris alors qu’ils sont dans des situations délicates, ou en mauvaise santé.

Qu’ils soient membres du comité de résidents ou juste acteur dans les luttes pour leurs droits, Youssouf à Paris dans le XIV°, Sissoko à Pierrefitte (93), et Mr.Sila à Paris dans le XX° en appellent à ce que leur statut soit modifié, qu’ils aient les mêmes reconnaissances et les mêmes droits que tout locataire, et demandent aux Élu.es et aux Responsables des organismes gestionnaires d’accepter des discussions et négociations pour cela, avec un peu plus de considération.

Pour aller plus loin :

  • le site du COPAF et l’émission sur Cause-Commune avec Geneviève PETAUTON : le 13/11/2020 #33 – Qui choisirait de vivre là ?
  • Documents de la Commission interministérielle pour le logement des personnes immigrées – CILPI
  • Fédération des gestionnaires – UNAFO
  • La théorie des résidences sociales, hébergement prévu depuis 1995 comme « de courte durée » en attendant d’avoir un logement : UNAFO – Les résidences sociales
  • Un article du GISTI, datant de 2006 mais hélas toujours d’actualité – Menaces sur les foyers

1112 episodes