SOIRÉE SPÉCIALE : LE RÉGIME CHINOIS À L’ÉPREUVE DU VIRUS

1:03:51
 
Partager
 

Manage episode 253864422 series 2455635
Par France Télévisions, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

SOIRÉE SPÉCIALE : LE RÉGIME CHINOIS À L’ÉPREUVE DU VIRUS


Invités

Pascal BONIFACE

Directeur de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques.


François BOUGON

Journaliste à « Mediapart ». Auteur de « La Chine sous contrôle »


Marie-Françoise RENARD

Economiste-spécialiste de la Chine/ Université Clermont-Auvergne


Anne-Claude CREMIEUX

Professeure de maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Louis à Paris


En duplex de Pékin


Frédéric LEMAITRE

Correspondant permanent à Pékin pour le journal « Le Monde »


Deux mois après son apparition, le Coronavirus a déjà fait près de 1 .900 morts et contaminé 73.335 personnes. La grande majorité de ces contamination (72.438) a eu lieu en Chine continentale, les 897 autres contaminations étant réparties dans une trentaine de pays. Mais un chiffre rassurant vient d’être communiqué : le nombre de nouvelles contaminations, 1.886 contaminations en ce mardi 18 février, est au plus bas depuis le début du mois de février. De plus, hors de la province de Hubei, épicentre de l’épidémie bouclé depuis janvier, il n’y a eu que 79 nouvelles contaminations aujourd’hui en Chine continentale alors que le 4 février, on en avait dénombré 890.

L’organisation mondiale de la santé (OMS) s’est donc montrée rassurante hier, en précisant qu’en dehors de la zone sous quarantaine, le virus « touche une très petite proportion de la population » et son taux de mortalité ne dépasse pas les 2%. Mais le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a rappelé dans sa déclaration à la presse que « le risque zéro n’existe pas », rappelant ainsi la nécessité de demeurer vigilant quant à la propagation du virus.

Le régime chinois cherche à se montrer le plus rassurant possible sur sa capacité à vaincre le virus. Lors d’un appel téléphonique avec le premier ministre britannique Boris Johnson, le président chinois a assuré que la lutte contre le virus générait « des progrès visibles ». Xi Jinping a tout de même reconnu que l’épidémie est « un test majeur pour le système chinois et la capacité de gouvernance » du pays.

Le gouvernement chinois a pris des mesures fortes pour endiguer l’épidémie en mettant toute la province de Hubei, soit 56 millions de personnes, en quarantaine. Le nouveau ministre de la Santé français Olivier Veyran a d’ailleurs déclaré ce matin sur France Inter que la Chine avait « pris ses responsabilités » avec ces mesures de confinement. « Je ne suis pas sûr qu'il serait possible de réaliser ça dans un pays où les réseaux sociaux seraient ouverts », a ajouté le remplaçant d’Agnès Buzyn.

La fermeture du régime chinois est d’ailleurs une donnée non négligeable dans cette lutte contre le Coronavirus. L’histoire de Li Wenliang est de ce point de vue assez symbolique : le médecin avait lancé l’alerte sur les risques de propagation du virus, avant d’être arrêté par les autorités chinoises. Ayant succombé au coronavirus début février, Li Wenliang avait eu cette phrase qui est en train de devenir culte en Chine : « Je pense qu’il devrait y avoir plus d’une voix dans une société saine ».

La lutte contre le coronavirus va-t-il pousser le régime communiste chinois à s’ouvrir et à laisser plus de liberté à sa population ? Les conséquences économiques de l’épidémie pourraient en tout cas le pousser à se réinventer. Si Xi Jinping reste « persuadé » de pouvoir encore « atteindre les objectifs de développement économique et social établis pour cette année », l’économie chinoise devrait être fortement impactée. Tombée à 6,1% l’an dernier, la croissance du pays avait connu son plus faible taux depuis trente ans. Et depuis plus d’un mois, la Chine tourne au ralenti, avec des villes en quarantaine, des usines fermées et une consommation en berne. Le fort ralentissement de l’économie chinoise, qui pèse 16% de l’économie mondiale, va également avoir des conséquences pour la croissance mondiale.

Le modèle économique chinois va-t-il être stoppé par l’épidémie ? Comment Xi Jinping gère-t-il cette crise ? Le régime communiste peut-il être remis en question ? Quelles sont les conséquences de cette épidémie d’un point de vue diplomatique et géopolitique ?


Diffusion : tous les jours de la semaine à 17h45

Rediffusion : tous les jours de la semaine à 22h30

Format : 65 minutes

Présentation : Caroline Roux et Axel de Tarlé

Réalisation : Pascal Hendrick, Jean-François Verzele, Jacques Wehrlin, Nicolas Ferraro et Benoît Lemoine

Productions : France Télévisions / Maximal Productions

Retrouvez C dans l'air sur France.tv


Pour plus d'informations sur la confidentialité de vos données, visitez Acast.com/privacy

462 episodes