MACRON ET L'ÉCOLOGIE : VIRAGE OU MIRAGE ? 12-02-2020

1:03:59
 
Partager
 

Manage episode 253266832 series 2455635
Par France Télévisions, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.

MACRON ET L'ÉCOLOGIE : VIRAGE OU MIRAGE ? 12-02-2020


Invités


Christophe BARBIER

Editorialiste politique à « L’express »


Nathalie SAINT CRICQ

Editorialiste à « France Télévisions »


Astrid de VILLAINES

Journaliste politique au « Huffington Post »


Brice TEINTURIER

Directeur Général délégué de l’institut de sondages Ipsos


A trois semaines des municipales, l'exécutif se met au vert. Après avoir tenu ce mercredi matin son quatrième Conseil de défense écologique, le président de la République doit participer ce soir à un dîner entouré de scientifiques experts du climat dans un refuge qui surplombe la Mer de Glace dans le massif du Mont-Blanc, glacier qui a spectaculairement reculé ces dernières années. Un cadre atypique choisi pour marquer les esprits : Emmanuel Macron veut afficher le virage écologique du quinquennat en annonçant des mesures en faveur de l'écologie et de la biodiversité, enjeux des prochaines échéances électorales.

Parmi les décisions attendues : une meilleure protection du massif du Mont-Blanc avec l'entrée en vigueur d'un arrêté préfectoral de protection naturelle, l'augmentation des aires protégées pour couvrir 30 % du territoire contre 20 % actuellement ou encore le développement des services publics éco-responsables à travers une vingtaine d’engagements.

Mais ces mesures restent très timides selon les associations qui se montrent sceptiques, rappelant que la France ne respecte toujours pas l’Accord de Paris et que l’exécutif vient de réviser sa stratégie nationale bas-carbone (SNBC) pour la période 2019-2023. Plutôt que de respecter ses objectifs initiaux, le gouvernement a choisi de relever le budget carbone sur ces années, ce qui permettra à la France d’émettre plus de CO2 que prévu. De même en jugeant fin janvier que la France ne parviendrait pas à sortir du glyphosate à 100 % dans 3 ans, Emmanuel Macron avait suscité un tollé parmi des ONG et des élus écologistes mais aussi un malaise chez les députés En Marche.

Des troupes LREM, particulièrement à vif depuis les propos du chef de l’Etat sur le manque d’humanité - qui étaient réunies hier soir à l’Elysée pour une réunion d'explication et de remobilisation avant l’examen du projet de loi sur la réforme des retraites qui doit débuter ce lundi 17 février dans l’Hémicycle. "Nous sommes dans un moment difficile de la vie nationale et parlementaire. Mais on est embarqués dans une aventure commune, quels que soient les choix des uns et des autres", a entamé Emmanuel Macron insistant sur le "devoir d'unité" car "notre avenir n'est pas dans la création de chapelles". "Si les professionnels, ce sont ceux qu'on a virés il y a deux ans et demi, et que les amateurs c'est vous, alors soyez fiers d'être amateurs !" a-t-il lancé avant de dresser les grandes lignes de la fin de son quinquennat, centré sur "le régalien et l'écologie".

Alors quelles sont les mesures du gouvernement en faveur de l'écologie et de la biodiversité ? Est-ce un virage écologique ? Le chef de l’Etat a-t-il rassuré sa majorité ? Quels sont les enjeux des élections municipales ?


Pour plus d'informations sur la confidentialité de vos données, visitez Acast.com/privacy

456 episodes