Afrique économie - Madagascar: un prêt de la France pour financer une centrale hydroélectrique et le transport urbain

2:09
 
Partager
 

Manage episode 302909228 series 2359050
Par France Médias Monde, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
La France et Madagascar ont signé le 20 septembre deux accords de financement d’un projet dans le secteur hydroélectrique, d’une part, et le développement des transports urbains d’autre part. Des réalisations très attendues sur la Grande Île. Le manque d’électricité à Madagascar fait partie des freins à l’investissement. Et les 35 millions d’euros que le Trésor français va investir sont les bienvenus, selon Rindra Rabarinirinarison, ministre malgache de l’Économie et des Finances. « Le but est d’augmenter le taux d’électrification à Madagascar, passer de 15 % à 50 % d’ici 2023. » Cette extension de la centrale hydroélectrique de Mandraka 3 n’est qu’un maillon de la chaîne nécessaire pour que les Malgaches ne vivent plus au rythme des délestages. L’autre projet, qui sera financé par un prêt de 116 millions d’euros consenti par la France, concerne la construction de deux téléphériques à Antananarivo, une capitale congestionnée, précise la ministre Rindra Rabarinirinarison. « Nous perdons à peu près deux à trois heures de temps et d’énergie par jour dans la capitale. Temps et énergie qui pourraient servir à augmenter la productivité de chacun. C’est pour ça que c’est très important de désengorger un peu la capitale. Ce transport par câbles va également redynamiser le tourisme, en modernisant les infrastructures de la capitale. » Amplifier l’activité économique d’Antananarivo La construction des deux téléphériques sera confiée aux entreprises françaises Poma et Colas. Ils devraient transporter 80 000 personnes par jour et ainsi amplifier l’activité économique dans la capitale malgache. « On a calculé qu’à peu près chaque jour il y a une perte de 50 000 ariary [environ 10 euros] par personne. Donc si on arrive à désengorger, cela va améliorer le pouvoir d’achat de la population », déclare David Rakoto Olivaniaina, président du Conseil d’administration du Cercle de réflexion des économistes de Madagascar. L’économiste salue la signature des deux accords entre la France et Madagascar, en attendant que les projets qui vont être financés se concrétisent. « Les téléphériques et cette centrale hydroélectrique font partie de ces grands investissements qui pourront contribuer à créer des emplois et des opportunités de travail, pour résoudre le problème du chômage », ajoute-t-il. Madagascar regorge de nombreuses ressources naturelles, mais la Grande Île connaît l’un des taux de pauvreté les plus élevés au monde.

984 episodes