Ça va ça va le monde - [En intégral] Tchicaya U Tam’si (Congo): «Le bal de Ndinga»

48:30
 
Partager
 

Manage episode 230067115 series 1914137
Par France Médias Monde, découvert par Player FM et notre communauté - Le copyright est détenu par l'éditeur, non par Player F, et l'audio est diffusé directement depuis ses serveurs. Appuyiez sur le bouton S'Abonner pour suivre les mises à jour sur Player FM, ou collez l'URL du flux dans d'autre applications de podcasts.
Découvrez en exclusivité cette pièce de Tchicaya U Tam’si, considéré comme l’un des plus grands poètes nés en Afrique. Dans « Le Bal de Ndinga », il raconte l’espoir et les illusions perdues des indépendances. A partir de ce dimanche 2 septembre 2018, à 12h10, à l’antenne et sur rfi.fr dans le cadre de « Ça va, ça va le monde ! ». L’Histoire du Bal de Ndinga :Écrite en 1987, un an avant sa mort, Le Bal de Ndinga est une nouvelle dialoguée qui se passe dans les rues de Kinshasa, le 30 juin 1960, jour de l’indépendance du Congo. La danse, la bière, la joie et l’impatience… Pour quelques heures, Ndinga, celui qui n’est qu’un boy, accède au rang d’homme à part entière. Pour quelques heures, car Tchicaya U Tam’si raconte dans ce texte à la langue sauvage l’espoir et les illusions perdues des indépendances. L’auteur :Né en 1931, à Mpili, au Congo-Brazzaville, Tchicaya U Tam’si fait l’essentiel de ses études en France où il publie son premier recueil Le mauvais sang. Il revient à Brazzaville au moment des indépendances et se met au service de Patrice Lumumba pour repartir à la suite de son assassinat en 1961. Fonctionnaire à l’UNESCO jusqu’en 1986, il meurt deux ans après, le 22 avril 1988, laissant quatre romans dont Ces fruits si doux de l’arbre à pain et La main sèche, trois pièces et une œuvre poétique immense. L’œuvre complète est publiée dans la collection Continents Noirs aux éditions Gallimard. Le quatrième et dernier tome comprenant les textes de théâtre est à venir. La distribution :Lu par Tom Adjibi, Alvie Bitemo, Serge Demoulin, Lamine Diarra, Daddy Kamono Moanda et Yatsiona (multi-instruments).Dirigé et mis en scène par Armel Roussel. Avec la collaboration de Coline Struyf. Ça va, ça va le monde !Le cycle est coordonné par Pascal Paradou, adjoint à la directrice de RFI en charge des opérations culturelles et de la Francophonie, et dirigé par le metteur en scène Armel Roussel dont la compagnie (e)utopia participe à la production avec le soutien de Wallonie Bruxelles International. Il bénéficie aussi du soutien de la SACD dans le cadre de son action culturelle radiophonique et de l’attention précieuse de l’Institut Français. Diaporama Découvrez chaque dimanche une nouvelle lecture :- à l’antenne (à 12h10)- ou sur le site rfi.fr Dimanche 29 juillet 2018 à 12h10 : « La poupée barbue », d’Edouard Elvis Bvouma (Cameroun), Prix Théâtre RFI 2017. Dimanche 5 août à 12h10 : « Les cinq fois où j’ai vu mon père », de Guy Regis Junior (Haïti) Dimanche 12 août à 12h10 : « Que ta volonté soit Kin », de Sinzo Aanza (République démocratique du Congo) Dimanche 19 août à 12h10 : « Retour de Kigali », de Mandali Léon Athanase, Désiré Bigirimana, Amélie Durand, Elitza Gueorguieva, Jean Delacroix Hakizimana, Aimée Ishimwe, Jean-Paul Kayumba, David Lopez, Louise Mutabazi, Natacha Muziramakenga, Elise Rida Musomandera, James Rwasa, Aimable Twiringiyimana, Cécile Umutoni. Dimanche 26 août à 12h10 : « Sœurs d’ange », de Afi W. Gbegbi (Togo) Dimanche 2 septembre à 12h10 : « Le bal de Ndinga », de Tchicaya U Tam’si (Congo-Brazzaville) Mise en ondesPrésentation : Pascal Paradou.Réalisation et prise de son : Fabien Mugneret et Nicolas Benita . Mise en ligneRédaction et coordination sur rfi.fr : Siegfried Forster (avec la collaboration de Sonia Borelva).Photos : Pascal Gély.Vidéos : Romain Ferré. Pour écouter les lectures des éditions précédentes de « Ça va, ça va le monde ! » => cliquez ici [http://www.rfi.fr/tag/ca-va-ca-va-le-monde/]

50 episodes