Mike Lutz public
[search 0]
Plus
Téléchargez l'application!
show episodes
 
Artwork

1
La Nuit Américaine

La Nuit Américaine

Unsubscribe
Unsubscribe
Chaque mois+
 
La Nuit Américaine : Technique cinématographique qui permet de tourner de jour des scènes censées se dérouler de nuit, et cela par effet de contraste grâce à l’utilisation de filtre ou en sous-exposant la pellicule. Film français sorti en 1973, et réalisé par François Truffaut. Podcast dédié au cinéma (mais pas que), où chaque émission s’articule autour d’une question inédite. Cette question essentielle et fondamentale est traitée par des passionnés, mais néanmoins néophytes, armés jusqu’aux ...
  continue reading
 
Loading …
show series
 
Princesse Mononoké, une fable écologique de Hayao Miyazaki. Zu, Les guerriers de la montagne magique, un wu xia pian fantastique réalisé par Tsui Hark. Martin Scorsese retrouve ses acteurs fétiches Robert de Niro et Leonardo DiCaprio dans Killers of the Flower Moon. David Fincher met en scène le thriller The Killer adapté d'une bande dessinée.…
  continue reading
 
Certaines œuvres, par la force de leur sujet et la qualité de leur interprétation, font l’unanimité. En effet, il n’est pas nécessaire d’être cinéphile, ni d’avoir une compréhension de la mise en scène, pour apprécier la puissance d’évocation de 12 HOMMES EN COLERE. Le film de Sidney Lumet, et sa thématique au caractère intemporel, donne au spectat…
  continue reading
 
David Fincher est un cinéaste obsessionnel, perfectionniste et fasciné par le mal. John Doe, Zodiac et autres énergumènes atrabilaires qui composent le bestiaire de la série Mindhunter, sont dotés de ces mêmes attributs. Par syllogisme l’on pourrait s’interroger sur la condition psychologique du réalisateur. Un sujet que nous nous refusons d’aborde…
  continue reading
 
La nuit américaine vous fait plonger dans l'univers intense et captivant du cinéma coréen avec le film "The Chaser" du réalisateur Na Hong-Jin, avec la sortie de ce nouvel épisode. Ce thriller coréen acclamé par la critique vous tiendra en haleine de la première à la dernière minute. Dans la deuxième partie de cet épisode, la nuit américaine fera u…
  continue reading
 
En 1961, lorsque sort dans les salles LES BAS-FONDS NEW-YORKAIS, le genre du film noir repose au cimetière des classiques depuis 1958 et La Soif du Mal d’Orson Welles. Il ne s’agit pas du meilleur film de Samuel Fuller, tant s’en faut, mais il est un jalon important du polar américain. Fuller annonce le polar urbain, tel A bout portant de Don Siege…
  continue reading
 
Entre l’art et la politique, il y a collusion. Entre la poésie épique et le réalisme socialiste, il y a collision. SOY CUBA embrasse cette paronymie. Et dans cette agitation, où la confusion des sens se lit et se ressent aussi bien dans le message que dans son illustration, c’est tout un pays qui s’embrase. La propagande se fait lyrique, et nous dé…
  continue reading
 
En 1932, le légendaire comte Dracula de la Universal Béla Lugosi, sa prothèse dentaire plongée dans du Polident et sa cape remisée au vestiaire, interprète un maître vaudou dans White Zombie. En 1968, dans l’Etat de Pennsylvanie les morts sont affamés. La nuit tombée ils s’extraient de leur bière bien trop étroite, et exercent leur droit à la mandu…
  continue reading
 
La Nuit Américaine est très attachée à ses traditions. Une raclette au mois d’août, un apéritif après le dessert, un steak tartare bien cuit, et un Hitchcock annuel. Après avoir suivi un James Stewart sujet au vertige, cédé à la scopophilie avec Janet Leigh, nous fuyons en compagnie de Cary Grant dans LA MORT AUX TROUSSES. Grant, son élégance et sa…
  continue reading
 
Avant de devenir un milliardaire fossoyeur de saga intergalactique, George Lucas était un véritable Nerd. Nourri aux aventures de Buck Rogers et de Flash Gordon, émerveillé par les serials de William Witney, lecteur de Joseph Campbell et admirateur de « La Forteresse Cachée » de Akira Kurosawa, George façonne son imaginaire. Ses évasions fantasmago…
  continue reading
 
Sam Peckinpah a 39 ans lorsqu’il réalise son troisième film Major Dundee. Sur le plateau de tournage, alors que Charlton Heston et sa bande de bâtards sans gloire pourchassent le chef apache Chariba, Sam s’éprend d’une jeune mexicaine, et s’enfuit quelques jours avec elle pour vivre d’amour et de tequila fraiche. Résultat, un premier montage de plu…
  continue reading
 
En 1987, Quentin Tarantino reprend et gonfle le scénario « Open Road », rédigé par son ami et colocataire Roger Avary, de près de 500 pages. Le script n’est pas encore son magnum opus mais un corpus de toutes ses inspirations. Un recueil dans lequel il piochera allègrement pour ses œuvres à venir et qui servira de base au scénario de TRUE ROMANCE. …
  continue reading
 
Le film noir. Genre cinématographique à l’esthétique expressionniste, dont les codes trouvent leur inspiration dans la littérature hard boiled. Avec son lot de policiers cyniques portés sur la bouteille, ses femmes fatales aussi belles que manipulatrices, ses lapins excentriques et hystériques. Evidemment sa galerie d’interprètes inoubliables, Boga…
  continue reading
 
En 1988 le réalisateur Adrian Lyne décide d’adapter le scénario de Bruce Joel Rubin L’ECHELLE DE JACOB. Cette incursion dans le genre fantastique donne au cinéaste britannique l’occasion de prouver qu’il ne se borne pas uniquement au thriller érotique. Il aura dès 1993 l’occasion d’y revenir. Le film sort en salle en 1990, et malgré un Tim Robbins …
  continue reading
 
Nous autres français, ou du moins notre inconscient collectif, avons besoin d’un sauveur. Non d’un héros antique ou d’une allégorie super héroïque en Spandex, mais d’un homme providentiel. Cette figure tutélaire, qui de Napoléon Bonaparte à Charles de Gaulle en passant par Georges Clémenceau saura préserver nos intérêts et ceux de la Patrie. Seulem…
  continue reading
 
Xavier Dolan. En voilà un jeune cinéaste qui depuis 15 ans polarise l’attention des cinéphiles. Que l’on soit d’obédience Dolanienne en adoration devant l’esthétique chatoyante de son cinéma, ou que l’on soit un hétérodoxe en détestation face à l’hystérie syntaxique et affective de ses films, le garçon ne laisse pas indifférent. C’est pourquoi, nou…
  continue reading
 
L’année 1967 marqua la naissance de ce que l’on appellera bien plus tard le Nouvel Hollywood. Deux films furent à l’origine de ce mouvement, BONNIE AND CLYDE d’Arthur Penn, et celui qui nous intéresse plus particulièrement LE LAUREAT de Mike Nichols. Un film qui exulte la libération des mœurs, à la fois récit initiatique et picaresque, porté par un…
  continue reading
 
La Nuit Américaine prend ses quartiers à Hill Valley pour évoquer un classique du film de voyage dans le temps. Mais comment parler du chef-d’œuvre de Robert Zemeckis, dont le substrat est la nostalgie, sans tomber dans l’éloge panégyrique d’un cinéma du divertissement mort depuis bien longtemps ? Comment éviter l’écueil de la redite pour une œuvre…
  continue reading
 
La Nuit Américaine n’a pas pour unique vocation d’être le chantre du patrimoine cinématographique, ni même la pourfendeuse des productions en Spandex. Sa volonté première est de partager l’amour du 7 ème art. Ainsi, nous avons remisé nos fourches caudines, notre mauvaise foi, et nos analyses à l’emporte-pièce, pour ouvrir nos micros aux voix qui fo…
  continue reading
 
Aujourd'hui direction Munich, où nous allons suivre le quintet du Mossad suite à l'attentat contre les athlètes israeliens lors des Jo de 1972. Action, politique, stratégie et vengeance, un des meilleurs Spielberg pour l'équipe de LNA. Nous partirons ensuite en 1830 mener l'enquête en compagnie d'E. Allan Poe pour résoudre une série de meurtres dan…
  continue reading
 
ETERNAL SUNSHINE OF THE SPOTLESS MIND. En voilà bien un de film dont il est impossible d’effacer de sa mémoire. Il est des êtres aimés, et des films, qu’à jamais nous souhaiterions oublier. Il est des sentiments et des souvenirs cinéphiliques qui se perdront toujours dans les méandres de l’esprit. Mais longtemps encore subsistera cette souvenance d…
  continue reading
 
Quelle bonheur de commencer l’année en compagnie de Mario Bava. Celui qui fut un immense artisan, à la fois chef opérateur, créateur d’effets spéciaux, réalisateur non-crédité et ultime recours des films de la Galatea, aura avec les années acquis la notoriété qu’il mérite. Avant de donner ses lettres de noblesses au Giallo, d’investir le genre pepl…
  continue reading
 
Qu’est-ce que le cinéma ? De la mise en scène ou du montage ? Et qu’en dit André Bazin ? Et quid du son et de la mort du cinéma ? Nous allons nous employer à répondre à ces questions par une approche heuristique des débuts du cinéma, par une étude herméneutique de l’image, et dans un raisonnement inévitablement aporétique nous ferons taire toutes p…
  continue reading
 
Les fêtes de fin d’année provoquent au sein de l’équipe de La Nuit Américaine un besoin régressif de se blottir contre un nuage de nostalgie et sous une couette d’humour 80’s. Cette douce familiarité s’incarne idéalement avec un film tel que SOS FANTOMES (Quand j’étais gosse dans la cour de récré on ne parlait pas encore de Ghostbusters). Ensemble,…
  continue reading
 
L’ANNEE DERNIERE A MARIENBAD d’Alain Resnais. Une histoire d’amour balbutiante, une rêverie romantique, un récit déstructuré, un fantastique insaisissable, un mirage labyrinthique. Autant d’adjectifs pour décrire une œuvre où la combinaison des illusions et son substrat d’incohérence nous transportent dans un songe filmique à la beauté vertigineuse…
  continue reading
 
Kubrick. Le texte qui suit aurait pu se contenter de ce patronyme. Un nom comme une évidence. Une œuvre labyrinthique et exigeante. Mais par quel film commencer ? The Shining ou 2001 l’Odyssée de l’Espace ? Et pourquoi pas FULL METAL JACKET ? Probablement son film le plus accessible mais pas le moins complexe. Plus qu’un film de guerre, une réflexi…
  continue reading
 
Certains films vous mettent à l’épreuve. Une apparence austérité, une âpreté visuelle, un récit léthargique, un discours abscons. Voilà ce que l’on risque de retenir de STALKER si l’on prend soin de le regarder alors qu’il faudrait s’y plonger corps et âme, voire s’y noyer. Remonter à la surface, et éprouver dans sa chair la beauté formelle d’une œ…
  continue reading
 
Il n’est jamais aisé d’appréhender un monument du 7ème art. Le spectateur non avisé se sent très rapidement écrasé par la maestria, impuissant face à l’autorité démiurgique du génie créateur. DRIVE réalisé par Nicolas Winding Refn marche dans le sillage de Citizen Kane ou de 2001 l’Odyssée de l’Espace. Ce Successeur autoproclamé de Orson Welles et …
  continue reading
 
L'équipe de La Nuit Américaine s'attaque au fim mythique de Tony Kaye American History X sorti en Mars 1999 et vous partage ses impréssions autour des films Bullet Train et Prey le 5 ème volet de la franchise Prédator disponible sur Disney Star.Par La Nuit Américaine
  continue reading
 
Certaines Montagnes sont Magiques, d’autres sont Hallucinées. Elles dominent l’Ame et peuvent faire l’objet d’un parcours initiatique. La Montagne selon Alejandro Jodorowsky en est une incarnation mystique, et sa composante Sacrée est profanée sur l’autel du surréalisme. Si vous n’êtes pas hermétiques à la poésie scabreuse, aux visions psychédéliqu…
  continue reading
 
Il y a des films qui se traînent une réputation dont les fondements se lisent à l’aune d’une œuvre plus globale. En effet, Rambo, personnage iconique du cinéma d’action des 80’s, est devenu un stéréotype de l’impérialisme et du bellicisme interventionniste américain. RAMBO FIRST BLOOD, premier volet de la saga réalisé par Ted Kotcheff, se démarque …
  continue reading
 
La Nuit Américaine se drape de Technicolor, enfile ses chaussons de danse, et au rythme des Goblin se jette dans l’antre de la Mater Suspirorum. SUSPIRIA de Dario Argento, n’en déplaise au triste remake de 2018, est une œuvre sans équivalent. Un film où la beauté formelle et la puissance symbolique se confondent dans l’horreur pour donner naissance…
  continue reading
 
Une question se pose. Y-a-t-il une cohérence dans notre programmation ? Démonstration par l’exemple. Hommage à la carrière de JEAN-LOUIS TRINTIGNANT. L’acteur a composé des rôles marquants pour des cinéastes italiens tels que Risi, Questi, Corbucci, Lenzi, Bertolucci. En 1980, à la demande de Stanley Kubrick, il double en français Jack Nicholson po…
  continue reading
 
Un film dont on ne sort pas indemne”, “Un film qui vous accompagnera longtemps après l’avoir vu”, “Une expérience de cinéma”. Combien de fois avons-nous lu ces phrases d’accroche aussi éculées que trop souvent mensongères ? Et pourtant chacune d’elles pourraient s’appliquer au chef-d'œuvre (autre terme couramment galvaudé) REQUIEM POUR UN MASSACRE,…
  continue reading
 
Alors qu’on l’accuse de violer l’histoire, Alexandre Dumas répond à ses détracteurs “"Si j'ai violé l'Histoire, je lui ai fait de beaux enfants." Avec BRAVEHEART, Mel Gibson aura donné naissance à un bâtard magnifique, un rejeton légendaire, une figure héroïque contestée, et surtout à un film épique, aux séquences de batailles hargneuses et criante…
  continue reading
 
Commençons par une déclaration sentencieuse et subversive, “La Nuit Américaine n’est pas très disco”. Ainsi, lorsque le jeune John Travolta, parangon gominé et dépoitraillé d’un mouvement délétère, délaisse son pantalon patte d’eph et ses déhanchés lubriques tout droit sortie de La fièvre du samedi soir, au profit d’un microphone canon et d’une par…
  continue reading
 
Pour nous autres, membres de La Nuit Américaine, la morale est une notion trouble, qui bien souvent se dispute la ferveur du vice. C’est pourquoi, à la faveur d’une conscience accrue de nos turpitudes, nous faisons nos ablutions selon un acte de purification. Et quoi de mieux pour se purifier qu’une bonne douche ? Marion Crane, la tragédienne des s…
  continue reading
 
Nous aimons les monstres. D’ailleurs, parmi notre équipe se trouve des spécimens capables d'enrichir par leur abomination le bestiaire de l’horreur. Nous avons toutefois une inclinaison particulière pour ceux assoiffés de sang. La figure vampirique, de celle qui fait cohabiter les contraires, à la fois désirable et repoussante, pourvoyeuse de mort …
  continue reading
 
La Nuit Américaine prend ses quartiers dans une maison bourgeoise et cossue de la Corée du Sud. Entre ses murs, la verticalité des rapports de classe est ébranlée par la duplicité et le mensonge, ce qui nous réjouit particulièrement. PARASITE de Bong Joon-ho nous invite à déconstruire le genre du thriller et à exploser les codes de la comédie noire…
  continue reading
 
Nous vous invitons à voyager aux confins de l’Ouest sauvage, dans sa partie la plus extrême, nihiliste, opportuniste, baroque, foutraque, violente et charmante. Bienvenue dans le Western Italien. Un genre cinématographique, ou plutôt un filon, avec sa figure de proue Sergio Leone, son émissaire le plus voyou Sergio Corbucci, et son artisan zazou Se…
  continue reading
 
Etats-Unis d’Amérique 1858, ses colts, ses chevaux, son Tupac Shakur, son dentiste allemand, son esclave super héroïque devenu Bounty Killer, ses combats de Mandingues, son DiCaprio qui s’entaille la main, bienvenue chez DJANGO UNCHAINED. Quentin Tarantino dynamite le genre du Western, et convoque à la fois Richard Fleischer, Sergio Corbucci et Ric…
  continue reading
 
Le katana est affûté, le kimono est ajusté et le Rônin déterminé. La Nuit Américaine marche sur les pas du YOJIMBO. Ce garde du corps sans maître est mû par l'appât du gain mais pas dénué d’humanité. Le film du Sensei Akira Kurosawa est un chef-d'œuvre du chanbara, qui aura marqué de son empreinte et de sa lame, aussi bien le film de samouraï que l…
  continue reading
 
A La Nuit Américaine, nous aimons particulièrement les tenues discrètes, de celles qui se confondent dans l’ombre tout en signifiant notre capacité méticuleuse à pourvoir la mort. Un bonnet et un long manteau de laine dans la fournaise de l’été New-Yorkais, il n’y a rien de mieux pour “nettoyer” la vermine et batifoler avec une lolita en mal de ven…
  continue reading
 
La Nuit Américaine chemine aux côtés de Sire Gauvain pour un voyage aux confins du fantastique et de l’idéalisme mythologique. The Green Knight de David Lowery est une œuvre à la fois fascinante et lénifiante qui aura quelque peu divisé notre équipe. Après ce parcours initiatique, nous bifurquons vers la Californie de 1973, où l’adolescence elle au…
  continue reading
 
La radio Strasbourgeoise RBS nous a convié à une interview très sympathique le mardi 25 janvier 2022 pour parler de La Nuit Américaine. Pour respecter le protocole sanitaire en vigueur, l'interview s'est déroulée en distanciel par téléphone. Pour écouter RBS sur le net ça se passe sur www.radiorbs.com si vous aimez le Rap, le Hip-Hop c'est chez eux…
  continue reading
 
La Cité des Anges, refuge des Stars, où la lumière du soleil brille éternellement mais dont la surface ne reflète que la facticité. Ce théâtre des faux semblants, cette obscure clarté qui tombe des étoiles, voilà ce que nous dépeint William Friedkin avec To Live and Die in L.A. (Police fédérale Los Angeles en V.F., titre terrible et mensonger…donc …
  continue reading
 
La pluie a beau s’abattre sur la ville, elle ne saurait purifier cette Sodome et Gomorrhe moderne où les péchés sont légion. Seule la mort aura le pouvoir de repentance. John Doe, son bras armé, sème les cadavres et marque les esprits de son œuvre funeste. Seven réalisé par David Fincher aura également marqué les esprits, et inspiré de nombreux ers…
  continue reading
 
L’année 2021 s’est achevée avec le retour de Neo et la fin de l’humanité, soit Matrix Resurrections et Don’t look up. Nous ne pouvions commencer cette année 2022 sans consacrer un épisode spécial à ces deux films. L’un est une comédie satirique avec un casting 5 étoiles, l’autre la suite d’une saga qui a révolutionné le blockbuster. Dans les deux c…
  continue reading
 
Loading …

Guide de référence rapide