Aldor public
[search 0]
Plus

Téléchargez l'application!

show episodes
 
Loading …
show series
 
https://aldoror.fr/wp-content/uploads/venise.mp3 En 1940, Simone Weil commence la rédaction d’une tragédie : Venise sauvée, qu’elle laissera inachevée à sa mort, en 1943. La pièce a pour cadre la Venise de 1618 et raconte le coup de force tenté cette année là, selon l’abbé de Saint-Réal, par l’ambassadeur d’Espagne pour renverser la République véni…
 
Le bonheur est un état. Et à certains d'entre nous, à beaucoup, peut-être à tous, manque un ingrédient supplémentaire qui, à cet état ajoute mouvement et élan, vibration, émotion : ce qui manque au bonheur pour que le bonheur soit complet, c'est la joie. Cet article Le bonheur ne suffit pas est apparu en premier sur Improvisations.…
 
J'ai, depuis longtemps, quitté l'enfance ; depuis longtemps laissé derrière moi l'âge de la jeune Nana ; je ne suis pas certain d'avoir surmonté cette tendance à juger l'amour au désastre de son absence. Cet article “Si je mourais, est-ce que ça te ferait beaucoup de peine ?” est apparu en premier sur Improvisations.…
 
C'est une histoire de beurre et de fermière, un refus d'assumer les conséquences de ses actes, attitude qui est moralement très discutable et qui peut devenir franchement détestable quand elle conduit à mettre au service des puissants des moyens qui avaient été conçus pour protéger les faibles. Cet article Assomption est apparu en premier sur Impro…
 
la différenciation Homme/Femme, qui ne recouvre pas exactement la différenciation Mâle/Femelle, est au cœur de nos sociétés, de de nos cultures, de nos civilisations humaines ; au cœur de l’humanité, et cela depuis toujours et quelle que soit la forme que prenne cette différenciation, quels que soient les rôles assignés aux uns et aux autres. Cet a…
 
https://aldoror.fr/wp-content/uploads/gouges.mp3 En septembre 1791, Olympe de Gouges publie à l’attention de l’Assemblée nationale une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne qu’elle adresse également à la reine, Marie-Antoinette. Les 17 articles du texte sont calqués sur ceux de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen publ…
 
L'homme dont parle la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen n'est pas du tout l'homme générique, l'humain, le représentant de l'espèce ; c'est le mâle, le masculin, l'homme sexué, l'homme qui se différencie de la femme en ceci justement qu'il a des droits et le statut de citoyen. Cet article Droits déniés est apparu en premier sur Improvi…
 
Représenter des femmes, ou montrer des femmes et des hommes, n'est pas si neutre et ne va pas si de soi que ça. C'est toujours, en effet, prendre le risque de réveiller ou de faire la part belle à cette assignation des femmes à leur corps, si puissamment ancrée en nous. Cet article Assignation est apparu en premier sur Improvisations.…
 
Comme dans le cas des sorcières, c'est le plus souvent dans l'esprit des accusateurs que gît la culpabilité initiale, et c'est pour s'en débarrasser qu'ils accusent des innocents. Cet article “Tu sais au fond de toi ce dont je veux parler” est apparu en premier sur Improvisations.Par Aldor
 
On arrive à cette pointe extrême des idées où tout vibre et se retourne, ce qui est signe de vérité : car au-delà même de la simple apparence, il y a, dans le discours cyniquement égoïste des héros d’Ayn Rand, dans l'humour des personnages de Romain Gary, une élégance et un souci de l’Autre sans commune mesure avec celle des altruistes de professio…
 
https://aldoror.fr/wp-content/uploads/marienbad.mp3 Gœthe a 73 ou 74 ans en 1823, lorsqu’il demande la main de Ulrike von Levetzow, une jeune fille de 19 ans qu’il côtoie depuis plusieurs étés à Marienbad. La jeune fille refuse ; Gœthe se lance alors dans l’écriture de l’Élégie de Marienbad, un long poème qu’il fera paraître quelques années plus ta…
 
Dans sa fixité et sa pérennité, le mot empêche de distinguer la fluidité des choses réelles : nous sommes engoncés dans une explication qui ne parvient plus à s'accrocher au réel parce qu'elle s'accroche aux mots. A vouloir absolument mettre des mots sur les phénomènes, nous ne pouvons plus les penser. Cet article Parler ou penser, il faut parfois …
 
On peut, comme les constructeurs et les sculpteurs des cathédrales, comme la foule des artistes anonymes, considérer que l'ombre vaut mieux parce qu'elle révèle l'œuvre et qu'il y a plus de dignité, d'honneur et de satisfaction dans l'humilité que dans la course au renom. Peut-être le désir de gloire n'est-il finalement qu'un travers masculin. Cet …
 
Il y a, dans le glissement de la démarche juridique au jugement éthique quelque chose dont on sent qu'il peut déboucher sur le pire. Et c'est ce glissement qui est au coeur du nudge et du name and shame, méthodes qui ont par ailleurs plein d'avantages. Cet article Nudge, Name and shame, puritanisme et khméritude est apparu en premier sur Improvisat…
 
Aussi convaincus soyons nous de la vertu des processus démocratiques et partagés, nous ressentons parfois des élans rimbaldiens vers la liberté, la sauvagerie, l'action débarrassée de tout ce qui peut l'entraver. C'est cela que, par euphémisme, nous appelons la volonté politique. Cet article Volonté politique est apparu en premier sur Improvisation…
 
Il y a, dans nos façons de nous comporter à chaque instant, dans notre manière de parler, de nous tenir, de marcher, de consommer, de respecter, d'accueillir, un engagement qui, sans doute plus qu'un bulletin de vote, change notre vie et celle de ceux qui nous entourent. C'est cela aussi que cette vie confinée nous a appris. Cet article Il n’est pa…
 
Le clerc qui ne trahit pas est celui qui accepte de trahir son camp si la vérité le demande. C'est le Georges Bernanos des Grands cimetières sous la lune ; c'est la Simone Weil qui, partie elle-même combattre dans les rangs des Brigades internationales, écrit à ce même Bernanos tout le dégoût que lui inspire le sang inutilement versé. Cet article L…
 
Il y a le monde de l’action et le monde de la pensée. Chacun a ses propres valeurs et ses propres règles : la vertu première de l’action, c’est d’être efficace ; la vertu première de la pensée, c’est d’être juste Cet article Contamination des pensées par les actes est apparu en premier sur Improvisations.…
 
Dire : hommes et femmes sont différents mais ils sont égaux, est en fait un peu facile, un peu rapide, un peu faux-cul. Et c'est mettre le problème sous le tapis que de prétendre ainsi le résoudre. Car quand on pose la différence en point d'entrée, il est difficile, ensuite, de raisonner en termes d'égalité Cet article Égalité, différence, choux, c…
 
Dès lors que des hommes, des femmes et des addictions entrent en jeu, la rationalité n'est plus forcément le seul guide de l'action. Et peut-être faut-il tenir compte de cela dans nos réflexions sur la croissance et la consommation - qui sont évidemment, pour une part, des addictions sociales. Cet article Le jeu, La loi et la raison est apparu en p…
 
Peut-être y a-t-il toujours, au fond du désir masculin, celui au moins des hommes de mon âge, cette dimension ogrique autant qu'orgiaque : une envie malsaine mais atavique de se nourrir de l'énergie et de la jeunesse perdues, un besoin irrépressible de vivre le rêve du Docteur Faust Cet article La face sombre du désir est apparu en premier sur Impr…
 
Nos désirs sont oxymoriques : bien souvent, le plus souvent peut-être, nous désirons une chose, une personne, et simultanément son contraire ou son presque contraire : la maman et la putain, la tranquillité et l'émotion, le calme et la tempête, la sobriété et le luxe, la pesanteur et la grâce. Cet article Désirs oxymoriques est apparu en premier su…
 
https://aldoror.fr/wp-content/uploads/aulnes.mp3 Le Roi des Aulnes, de Michel Tournier (qui tire son nom du poème éponyme de Goethe) raconte, à travers la figure d’Abel Tiffauges, la prise de conscience et l’acceptation de l’inversion, cette propension de certaines choses à vibrer, à vaciller, à se retourner, révélant ainsi qu’en leur sein se niche…
 
Aimer n'est pas que protéger. C'est protéger quand il y en a besoin mais aussi, parfois, pousser en avant, et le plus souvent ne rien faire, ou seulement accompagner, pour que toutes les potentialités puissent advenir. Cet article Protéger, exposer : aimer et vivre ensemble est apparu en premier sur Improvisations.…
 
Il est tellement plus facile de clore le débat en pointant le ridicule des arguments que de se coltiner la viscosité des choses et d'affronter l'inconfort que cause la reconnaissance de la part de vérité qu'il y a dans le discours de celui qui nous fait face. Cet article Vaincre/convaincre ? est apparu en premier sur Improvisations.…
 
"N'en jetez plus !", serait-on tenté de dire. A moins que je ne sois le seul à trouver gênante cette surabondance de documents dont la qualité individuelle n'est pas en cause mais dont la masse finit par étouffer. Cet article La planche à billets de la réflexion est apparu en premier sur Improvisations.…
 
Certains considèrent le corps comme une enveloppe extérieure qui recouvrerait un pur esprit en forme d'ange. Ce que je ressens moi-même, c'est au contraire que le corps n'est pas un autre mais que nous sommes notre corps, notre corps sexué, et que quand nous ne trouvons pas en nous-même cette unité fondamentale, notre douleur est profonde. Cet arti…
 
Loading …

Guide de référence rapide

Google login Twitter login Classic login